Autour de la lettre de la Reine Marie-Antoinette du 16 octobre 1793

Note : nous ré-affichons cette information que nous avions provisoirement occultée, après une première publication,  en raison de l’extrême gravité de l’actualité qui, si elle est toujours aussi brûlante, n’appelle pas de notre part des observations inédites  qui pourraient s’ajouter à ce que vous pourrez lire dans les commentaires récents de la tribune qui lui est dédiée … ( voir en marge gauche ) 

=========

Simple rappel à l’attention de nos nouveaux lecteurs : nous considérons toujours que la fameuse lettre de la Reine Marie-Antoinette du 16 octobre 1793 à Madame Elisabeth est apocryphe et constitue un faux destiné à occulter l’exfiltration de Louis XVII du Temple, survenue selon notre modèle toujours en vigueur, entre le 3 Juillet 1793 et la nuit du 2 au 3 septembre 1793, au cours de laquelle elle a tenté en vain de s’évader de la Conciergerie. 

Et voici qu’on nous apprend une information stupéfiante, qu’on peut lire sous la signature d’Olivier Carrera dans l’article  » Vatican Entrez dans le saint des saints  »  du dernier exemplaire Télé Star Jeux ( p 33) aux  paragraphes suivants : 

 » La cage interdite 
Dans le bunker ( contenant toutes les archives dites secrètes du Vatican ) une cage de fer spéciale abrite des volumes interdits de consultation par Jean-Paul II. Même les chercheurs accrédités du Vatican n’ont pas le droit de pénétrer dans ce lieu. 
…/…
 » Lettre impériale  » ( sic ! ) 
Autre pièce exceptionnelle cachée dans le bunker, une lettre de Marie-Antoinette emprisonnée après la Révolution. On peut y lire :  » les sentiments de ceux qui partagent mon chagrin (…) sont la seule consolation que je puisse recevoir dans ces tristes circonstances  » 

Avant toute autre observation, notons une contradiction inhérente à ce témoignage venu on ne sait d’où, et qu’on pourra nous opposer : comment l’auteur de cet article a-t-il pu avoir connaissance de ces lignes écrites par la Reine Marie-Antoinette sur un document que nul ne peut consulter ?  

Mais s’il est vrai qu’il existe un tel document on comprendra facilement que nous saisissions cette information pour nous interroger  ! 
S’il est vrai qu’il existe dans ce bunker une véritable lettre de la Reine Marie-Antoinette, pourquoi n’y aurait-il pas aussi le véritable testament de SAR la duchesse d’Angoulême, dont l’existence est tant controversée et qui établirait la vérité sur la survivance de Louis XVII, hors du Temple ? 
Et si même Mme Hélène Becquet n’a pas le droit de briser le silence des archives en allant consulter ces documents conservés dans le bunker du Vatican, faudra-t-il attendre que le descendant de Louis XVI, que nous espérons voir un jour ou l’autre se présenter, sous le nom de Pharamond de Bourbon-Habsbourg, au portillon de l’actualité de la France et de l’Europe, organise une expédition militaire à Rome pour obliger les Gardes Suisses à y laisser entrer Christian Crépin, notre archiviste du Roi Louis XVII, qui pourrait ainsi attester que Louis XVII n’est pas mort au Temple le 8 juin 1795 et que Madame Royale, devenue duchesse d’Angoulême avait ordonné de rechercher, après la Révolution de 1830 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *