Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ! [ MAJ 23/11 ]

MAJ 23/11 13 h 45 Michel Houellebecq va-t-il appeler les musulmans à la soumission aux Lois Fondamentales du Royaume de France ?  

Valeurs actuellesMichel Houellebecq : « L’intégration des musulmans ne pourrait fonctionner que si le catholicisme redevenait religion d’État »

ou l’heure du Grand Monarque va-t-elle sonner avant que le Grand Remplacement ne soit terminé ? 

Allo Monsieur le vicomte Philippe de Villiers ? 
Allo Le Grand Orient de France ? 

Pour la première fois, le Grand Orient de France prend ouvertement position contre des communautaristes –
( vu à la fenêtre twitter de Fdesouche )  

MAJ 23/11 Pour cette abomination d’abomination c’est trop tard …

Mais nos plus anciens lecteurs savent quel est notre attachement  spirituel à l’Arménie en raison de ce  lien qui existe entre Elle et le Royaume de France ,  Aussi ne seront-ils pas surpris que nous reprenions cette information publiée sur le site de Résistance Républicaine. Car il n’est peut-être pas encore trop tard pour la France de tirer quelque enseignement de ce que nous croyons avoir trouvé dans le peu d’étude que nous avons pu faire de l’histoire de l’Arménie, dans ce livre de René Grousset ( voir aussi ICI) : à savoir qu’il a manqué à l’Arménie une Royauté semblable à celle de la France, alors qu’Elle était à un carrefour de mondes antagonistes ...

A bon entendeur, salut et fraternité

 400 tonnes d’os de Grecs et Arméniens achetés par la France aux Turcs : pas de demande de réparation

400 tonnes d’os de Grecs et Arméniens achetés par la France aux Turcs : pas de demande de réparation

Allo Rome ? 

MAJ 22/11 C’est maintenant ou jamais …

que le miracle capétien doit se renouveler et s’actualiser dans la fidélité au serment du sacre de Reims !

Titre :  Le miracle capétien / sous la dir. de Stéphane RialsÉditeur :  Perrin (Paris)Date d’édition :  1987Contributeur :  Rials, Stéphane (1951-….). Directeur de publication
…/… source Gallica 

Patrick Buisson : « C’est la Révolution qui a ordonné la déportation des prêtres »

Patrick Buisson, auteur de « La grande histoire des guerres de Vendée » était l’invité de Nicolas Demorand sur France Inter mardi matin. Il a dénoncé la Révolution française et ses massacres. Devant un journaliste incrédule, Patrick Buisson dénonce le génocide vendéen (« ce n’est pas balance ton porc, c’est égorge ton porc ») : – voir aussi Patrick Buisson : « En matière de terrorisme d’État, la Terreur, c’est nous qui l’avons inventé »

« Le mot Républicain permet d’évacuer l’idée de nation, un mot-valise dans lequel on met des principes universel. Aujourd’hui la dimension de républicanisme est évacuée, qui renvoie à des principes abstraits ». « Le bolchevisme et le nazisme font référence à la Révolution Française »

Gérard Filoche exclu du PS après son tweet antisémite (MàJ)

L’antiracisme, le poison qui rend fou : haro sur le baudet Filoche !

Attali, qui figure sur le montage, annonce, lui aussi, qu’il faut poursuivre Gérard Filoche, pour « incitation à la haine raciale ». Ben voyons ! Et en plus, il s’en prend au « Monde » coupable d’avoir utilisé le mot « controversé » pour qualifier le tweet de Filoche. Selon Sa Majesté Attali, il aurait dû dire « ignoble » ! Il attend donc des excuses !

Le PS … et L’E-Monde seraient-ils au bord de l’euthanazie ? 

 

Quand @lemondefr qualifie de « controversé » un tweet ignoble. Jusqu’où ira la complaisance envers les antisémites et les racistes, dans un media fut un journal de référence? J’attends au moins des excuses du directeur du journal pour ce nouveau tweet ignoble https://twitter.com/lemondefr/status/931818898009329665 

=======

MAJ 21/11 14 h 00 Et Europe 1 crève les  écrans cathos ! Allelluïa !  Allahouhelebar ?
Europe1, en revanche, ne crève plus les tympans des auditeurs. Cette radio a fait sa « pire rentrée » en septembre.(le salon beige)
  il y a 48 secondes
Jeanne Smits a retweeté ObsChristianophobie

Carrément extraordinaire ! Jeanne Smits ajouté,

Présentation de Marie - La Roche du Theil (35)

Saint Jean-Paul II : « Je vois l’Église affligée d’une plaie mortelle (…) elle se nomme l’islamisme »

Acqua Alta au Grand Canal

Est-ce maintenant ou jamais ?

Face à l’invasion de la France et de l’Europe par l’islam qui, sinon le Bourbon-Habsbourg que nous attendons,  pourra mettre fin à l’état de déshérence royaliste et déclarer la Patrie en état de légitime défense ?
Invasion : combien de temps encore peut tenir la frontière sud de la France ?

Question : dans quel pays en guerre a été tournée cette vidéo la nuit dernière ?

Coraneries : l’ennemi a perdu deux généraux, Tariq Ramadan et Edwy Plenel

MAJ 16/11 A l’heure de l’Angelus 

A quand l’appel de la CEF aux laïcs catholiques de France et de Navarre de ne plus se soumettre aux valeurs et lois de la République, plus d’un siècle après un Ralliement,  qui a conduit la Fille Aînée de l’Eglise au seuil du chaos et de l’abîme ?…

«Notre Père» : les fidèles ne seront plus «soumis» à la tentation

MAJ 16/11 Quelle étrange coïncidence d’anniversaires, à la charnière de notre passé, de notre présent et de notre avenir, proposée par le Salon Beige  !

  • le 16 novembre 1700 : Louis XIV annonce à l’ambassadeur d’Espagne, Castel dos Rios, qu’il autorise son petit-fils, le Duc Philippe d’Anjou, à monter sur le trône d’Espagne.

Le 16 novembre 1700, Louis XIV prend la décision que toute l’Europe attend. Il entérine le testament du roi d’Espagne Charles II de Habsbourg, mort le 1er novembre sans héritier.

…/…

  • le 16 novembre 1793 : le sinistre Carrier invente les baptêmes républicains.

Le navire La Gloire, chargé de prisonniers royalistes, notamment 90 prêtres réfractaires, est coulé par des républicains (dirigées par Carrier) dans la Loire à Nantes.

Ce qui suit est tiré du site : Le point.fr

http://www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/16-novembre-1793-a-nantes-l-infame-carrier-fait-noyer-90-pretres-refractaires-dans-la-loire-16-11-2012-1529655_494.php 

Carrier et ses « baptêmes de prêtres réfractaires dans la Loire»)

Après avoir reçu les derniers sacrements le 13 novembre, Charles Maurras, dont tout le monde connaît la totale surdité, dit :

« Pour la première fois, j’entends quelqu’un venir. »

Il réclame son chapelet et meurt. Peu de temps avant il a dit :

«Ma vie s’achève. J’ai beaucoup travaillé pour la France, pour ce beau pays de qui j’ai tout reçu. J’aurais aimé vivre encore quelque temps pour continuer à le servir, pour le voir sortir de ses ruines et rentrer dans son ordre monarchique et catholique, retrouver ses traditions. Toute ma vie j’ai lutté et je lutterai encore pour ce trésor de beauté, de sagesse et de sainteté. Je sais que je n’aurai pas travaillé en vain. […] Mon œuvre plaidera pour moi devant Dieu qui me jugera. »

Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l’intelligence et des mœurs (Editions de Chiré page 241)  ; voir aussi : 

Merveilleux Maurras ! Que disait-il de la Grande Mosquée de Paris lorsqu’elle fut construite ?

=====
Maître, que votre âme repose en paix ! 

Nous sommes face à la réalité que vous aviez plus ou moins entendu et vu venir le 13 juillet 1926 …

Cette mosquée en plein Paris ne me dit rien de bon (…) s’il y a un réveil de l’Islam, et je ne crois pas que l’on puisse en douter, un trophée de la foi coranique sur cette colline Sainte-Geneviève où tous les plus grands docteurs de la chrétienté enseignèrent contre l’islam *** représente plus qu’une offense à notre passé : une menace pour notre avenir.

*** Et aujourd’hui c’est Rome, elle-même, qui livre l’Europe à l’invasion de l’islam, dans la logique de la pastorale du Concile Vatican II, alors que celle-ci est d’ores et déjà remise en cause  par l’entrée en vigueur, le 3 décembre prochain, de la nouvelle traduction du Pater Noster!... Si nous ne savions pas que nous sommes entrés dans un processus apocalyptique, et si nous n’avions pas la promesse du triomphe du Coeur Immaculé de Marie, qu’est-ce qui pourrait s’opposer  au désespoir politique qui s’imposerait, à vues humaines, à tout esprit lucide ayant un minimum de culture historique et politique, pétrie dans l’héritage reçu de notre civilisation ? 
Que faire aujourd’hui, sinon prendre notre chapelet et travailler, selon nos compétences, et par application des principes de subsidiarité et de capillarité, à l’avènement du Bourbon-Habsbourg nécessaire à la résurrection du Royaume de France, Lois Fondamentales du Royaume de France scellées jusqu’à la Fin des Temps par la mission naturelle et surnaturelle de Jeanne d’Arc obligent ! … 

A chacun d’accomplir son devoir d’état et à la grâce de Dieu ! 

MAJ 15/11 Les prières musulmanes illégales doivent cesser, sinon, tous à Clichy le 24 novembre, à 12 h !

Afin d’apporter une valeur ajoutée aussi marginale soit-elle à cette information, et dans la logique externe et interne de tout ce qui a été publié ici, nous prions les curés des paroisses de Clichy et l’évêque de  Nanterre de sonner le tocsin, si par malheur l’Etat refusait de répondre favorablement à cet appel  légitime de  Riposte Laïque et Résistance Républicaine

A défaut de réponse en harmonie avec la défense de notre civilisation, de la part de ceux qui disposent encore d’un  Pouvoir qui n’a plus pour légitimité que la force de ses CRS, peut-être est-il encore temps qu’au lieu d’écrire des livres ou de faire des déclarations ici ou là, des généraux se lèvent et fassent ce que personne ne peut faire à leur place, devoir d’état au service du salut de la Patrie en danger de mort  islamique oblige !

CHRONO SVP ! 

 MAJ 14/11  17 h 00 Cloches ! Sonnez à toute volée ! ***

L’hiver sera peut-être plus court que prévu dans notre dernier bulletin météorologique ! 

Info VA – Au Hall of Fame, le sacre mondial de Philippe de Villiers

L’entrée de son vivant – excusez du peu – de Monsieur le vicomte Philippe de Villiers dans ce Panthéon de Floride – ex-Louisiane, sauf erreur de mémoire –  est pour nous l’annonce du futur retour du Roi à Versailles, résurrection du Royaume de France nécessaire à la survie de notre civilisation oblige !  ALLELUIA ! 

saison 2018

Les cloches sonneront-elles encore demain ?*** Pour mémoire pour les internautes qui se seraient égarés sur ce site et qui auraient un QI de  poisson rouge – comme cela est écrit dans cettte tribune  reprise sur l’excellentissime Salon beige … 

MAJ 14/11 Ou après le fameux « pensez printemps !  » voici  » pensez automne ! pensez ballons ! « 
Après les bougies, les ballons
 » Non, nous sommes pas chez Walt Disney ni à la fête à Neuneu, il s’agit bien de la commémoration des attentats terroristes qui ont fait 130 mors. » (Le salon beige
 Ballon1

car à l’image de cette information qui glace d’effroi

L’inquiétude est vive chez les policiers, frappés par une vague de suicides, avec 8 décès en une semaine

voci l’hiver de la pensée islamique qui nous est annoncé … 

Arié Alimi : « Voir des musulmans poussés par des élus ou des policiers, ça rappelle des scènes atroces en France »

Heureusement que  la Charte de Fontevrault, nous laisse entrevoir l’aube royale, grâce à cette interprétation d’un vol survenu dans le sanctuaire, siège du ci-devant archevêque-académicien, qui appelait  » à faire très attention à ne pas diaboliser tous les djihadistes  » ...

Une couronne fleurdelysée volée dans le trésor de la Cathédrale d’Angoulême. Ce n’est quand même pas pour le Sacre du Grand Monarque ? ***

*** qui serait prévu – aux dires de certains … – au printemps prochain pour les survivants de l’hiver qui s’annonce très chaud, réchauffement climatique oblige ! 
Pour ceux qui ne comprendraient pas ce bulletin climatologique –  involontairement substitué à un autre plus scientifique – un courant d’air glacial de la pensée peut très bien –  sous certaines conditions – provoquer des phénomènes naturels semblables à des éruptions volcaniques, à la faveur  de secousses sismiques sous les pavés … 

A bon entendeur salut et fraternité

MAJ 13/11 17 h 30 L’hebdomadaire Valeurs Actuelles brandirait-il un Hoax, pour en finir avec qui ? … 
Elle brandit un exemplaire de Valeurs actuelles et finit en garde à vue

 

MAJ 13/11 14 h00 Bataclan : je n’oublierai jamais ce que j’ai vu, il y a 2 ans, ni la suite
La photo du Bataclan d’après, n’était donc pas un Hoax, comme la Religion d’Amour, de Tolérance et de Paix ? 


Anniversaire Bataclan : action info-résistance

MAJ 13/11 Ce n’était donc pas un Hoax !

L’abjection totale, intégrale, extrême et radicale est confirmée sur le Salon Beige ! Ils se sont dit oui !DOc-ey2XUAAElO3

avec le concours de toute la réinfosphère à qui nous empruntons l’image ci-dessous, du fait de notre crypto-marxisme de tendance maoïste désormais bien établi, Gramsci, Lois fondamentales de la communication sur Internet  et attente du … Roi caché obligent ! ..

Collomb part à la chasse aux patriotes

Collomb part à la chasse aux patriotes

Et voici l’abjection totale pour la célébration du 11 novembre 2017 …

 a retweeté  il y a 11 heures

 

Qualification du Maroc au mondial 2018, les marocains descendent dans la rue un peu partout en France

MAJ 11/11 16 h 25 HOAX ou AVOMIR

MAJ 11/11 14 h 15 

source : Lafautearousseau

MAJ 11/11 Au combat, les Poilus doivent avoir un sacré coeur

JPEG - 96 ko

Résultat de recherche d'imagesCoeur Immaculé de MariE
AYEZ PITIE DE VOTRE EGLISE

L’APPEL DU PAPE AU PAPE :
LA « GRANDE AFFAIRE » DE L’ABBÉ DE NANTES


COEUR IMMACULE DE MARIE AYEZ PITIE DE VOTRE ROYAUME DE FRANCE ! 

MAJ 10/11 16 h 30 Et voici la rupture en direct, en quelques clics … avant que « nos médias ne balancent des claques à nos élus « qui perturbent les prières de rue en bousculant des fidèles musulmans ( vu à la fenêtre twitter de Fdesouche )   … 

Clichy : manifestation contre les prières de rue, des élus chantent la Marseillaise alors que débute la prière (MàJ)

MAJ 10/11 15 h 00 Ciel ! Bas les masques !
Est-ce à cause de cela que seule la proclamation de la validité des Lois Fondamentales du Royaume de France, scellées jusqu’à la Fin des Temps par la mission naturelle et surnaturelle de Jeanne d’Arc sera bientôt autorisée, avant une actualisation éventuelle de la loi des suspects du 17 septembre 1793,   qui autorisera la police de Macron à nous régler notre compte, à moins que ce ne soit la racaille qui le fasse dans la rue, au hasard d’un accident de la vie quotidienne ? A l’image du simulateur des indemnités à payer  à tout salarié viré de son entreprise, quelle que soit la faute même lourde de l’empoyeur ( voir ici et ),  à quand  un simulateur sur  Internet du nombre d’heures et de jours de détention en cellule de commissariat ou en prison prévu pour tout propos  » politiquement incorrect  » d’un internaute qui exprimera sa colère légitime, face à ce qui est devenu inacceptable et insupportable pour tout Français lucide, ayant un minimum de culture historique et politique ?
Pays basque : les milices de Macron fracturent la porte de paisibles retraités à 6 h du matin

http://resistancerepublicaine.eu/2017/10/20/lattentat-de-lultra-droite-contre-melenchon-etait-bidon-meme-edouard-philippe-le-dit/
http://resistancerepublicaine.eu/2016/05/22/ils-savent-que-laffrontement-est-inevitable-mais-ne-ciblent-que-lultra-droite/
http://resistancerepublicaine.eu/2017/11/06/dijon-ils-attaquent-au-marteau-en-criant-allah-akbar-je-crois-que-cest-des-antifas/
Je disais à la fin de  l’un de ces articles cette phrase :
Allumer un contre-feu aux attentats musulmans en faisant croire à un danger de « l’ultra-droite, ça c’est de la stratégie, coco. Mais de pauvres types risquent bien de payer, cher, les pots cassés.
Les pauvres types, hier, c’était nos amis basques. Demain, à qui le tour d’être traité comme le pire des égorgeurs, simplement pour être favorable à Marine Le Pen ou dire son attachement à Résistance républicaine sur les réseaux sociaux ?Voilà la France de Macron. Pol Pot, Mao et Staline réunis.
Les ordures !
Christine Tasin
Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.

MAJ 10/11 13 h 30 Incroyable ! Le Monde en proie à l' »angoisse démocratique », avant la rupture épistémologique ? 
« Paradise Papers » : paradis fiscal, enfer démocratique

Impôts et totalitarisme

Impots1D’Anne Merlin-Chazelas :« S’il est une faute morale qui semble impardonnable au microcosme politico-médiatique c’est bien, pour un contribuable effectivement imposé (C’est-à-dire, en France et par les temps qui courent, une personne qualifiée de « riche » sans l’être suffisamment pour aller établir ses pénates dans un pays moins spoliateur, ou une entreprise qualifiée de « grande » ou de « multinationale »), de souhaiter payer moins d’impôts. Et le plus grand crime possible c’est d’y parvenir en n’employant que des moyens légaux. …/…

D’où nous croyons opportun d’extraire ce terrible cri d’une lectrice du Salon Beige : 

« …/…  Nous sommes rançonnés par l’état français comme les brigands le faisaient au coin d’un bois en attaquant les passants et voyageurs : 
– « La bourse ou la vie! »
Voilà pour résumer la situation que nous vivons chacun et tous!
Nous sommes « gouvernés » par des bandits de grand chemin qui n’ont aucune légitimité.
Nous ne leur devons aucun respect ni aucune considération, ils ne sont pas légitimes. Ce sont des profiteurs, des manipulateurs et des voyous sans aucun scrupule qui nous volent nos vies, notre temps, notre argent durement gagné pour beaucoup… nous méprisent jusqu’à voler nos organes si nous ne faisons pas opposition et aussi l’innocence de nos enfants dans l’enfer de l’Education Nationale, sans parler du raquette sur les routes… et des futurs impôts européens qu’ils nous préparent.
Ce n’est pas la vraie vie et nous avons le droit de dire NON à toute cette chienlit… c’est notre devoir envers nos anciens et nos enfants.  » 

MAJ 10/11 Merci au Salon Beige qui nous offre ces magnifiques clips  

Tous nos lecteurs avertis  savent que l’immense catastrophe pour la France et pour l’Europe de la guerre de 1914-1918 s’est inscrite dans la logique  du processus historique ouvert par la Révolution française et autres évènements qui lui sont étroitement liés.
Aussi comprendront-ils facilement que nous insérions ici ces clips audios que nous proposons à tous les  patriotes français qui nous liraient accidentellement sans p
artager nos options spirituelles et politiques, mais qui nous permettent,   grâce aux sites qu’ils administrent ( Fdesouche, Riposte laïque, Résistance Républicaine, Novopress, RT  etc… ) de voir en temps réel l’effondrement actuel de la France, livrée  aux assauts de l’Enfer de plus en plus déchaîné sur Celle, dont Il cherche à anéantir jusqu’au souvenir qu’Elle ait pu être appelée, durant plus d’un millénaire,  la  Fille Aînée de l’Eglise … 

MAJ 09/11 11 h 30 En marche vers la résurrection du Royaume de France … sans l’ombre d’un doute … 

MAJ 09/11 Nouvel et incroyable miracle à Lourdes !

France: les évêques approuvent l’ouverture de la cause de Madame Elisabeth de France

Elisabeth de France par Élisabeth Vigée Le Brun @ wikimedia

«Le peuple l’admire et ne l’insulte point »

L ’ouverture de la cause en vue d’une éventuelle béatification de Madame Elisabeth de France (1764-1794) a été approuvée par l’Assemblée plénière des évêques de France qui s’est achevée à Lourdes ce 7 novembre 2017, indique le communiqué final des évêques.
Si l’enquête diocésaine était concluante le dossier serait communiqué à Rome.
Madame Élisabeth de France, sœur célibataire du roi Louis XVI, a été guillotinée, à l’âge de 30 ans, le 10 mai 1794.
Dominique Sabourdin-Perrin a résumé son histoire pour France Catholique en avril dernier.
La princesse Élisabeth, Philippine, Marie, Hélène, fille du Dauphin Louis-Ferdinand et de Marie-Josèphe de Saxe, est née à Versailles, le 3 mai 1764 et elle a été baptisée le jour même. Elle devient, avec ses 4 frères et soeur orpheline de père 1765, et de mère deux ans plus tard : elle n’a pas trois ans.
Elle est élevée par la gouvernante des Enfants de France et les sous-gouvernantes et “fait preuve d’un caractère rebelle”. Elle reçoit “une instruction très sérieuse prodiguée par des savants” et devient “une excellente mathématicienne”: “ses tables de logarithmes ont été publiées et utilisées”. Elle reçoit la confirmation le 11 août 1775, et elle communie deux jours après.
Le mercredi 16 mai 1770, la famille accueille la jeune archiduchesse Marie-Antoinette d’Autriche, épouse du Dauphin/ Celle-ci écrit à sa mère : «  C’est une charmante enfant qui a de l’esprit, du caractère et beaucoup de grâce.  »
Elle aime se rendre à Saint-Cyr ou au Carmel de Saint-Denis chez sa tante Louise, mais n’envisage pas la vie religieuse : cette excellente cavalière “a besoin de vivre au grand air”.
Ce qui frappe surtout chez elle, c’est sa bonté: “La vie de cour lui permet de soulager les détresses cachées, placer des orphelins selon leur rang, doter des jeunes filles nobles, intervenir indirectement pour les besoins de malades proches, sans compter les aides pécuniaires ou les obtentions d’offices ou promotions de carrière. Dans son domaine de Montreuil, elle visite pauvres et malades, écoute les gens du peuple.La renommée de la «  Bonne Madame Élisabeth  » se répand, comme en témoigne la romance du Pauvre Jacques, son vacher”, souligne Dominique Sabourdin-Perrin.
Mais les soubresauts avant-coureurs de la Révolution se font ressentir: “Dès le 14 juillet, elle comprend les dangers qui menacent sa famille et prend la ferme décision de rester près de son frère et des siens. Les 5 et 6 octobre 1789, elle partage les dangers, s’installe aux Tuileries, où elle soutient le moral du roi et de la reine. Lorsque le 10 février 1790, Louis XVI renouvelle le vœu de Louis XIII à Notre-Dame de Paris, Madame Élisabeth conçoit l’idée de fonder une association de prières et de sacrifices pour obtenir la protection de la France et la réalise.”
Elle va jusqu’à offrir sa vie pour Marie-Antoinette: “Puis, raconte la même source, c’est le départ pour Varennes, l’arrestation, la monarchie constitutionnelle, l’insurrection du 20 juin 1792 au cours de laquelle Élisabeth offre sa vie, se faisant passer pour Marie-Antoinette, la protégeant de la violence populaire. Deux mois après, le 10 août 1792, a lieu le sac du château et la famille royale réfugiée dans le bâtiment de l’Assemblée législative devient prisonnière de la Commune de Paris. Madame Élisabeth, malgré le souhait répété du roi de la voir partir, décide, pour la troisième fois, de rester auprès de son frère et devient prisonnière dans la tour du Temple, le 13 août 1792.”
L’auteur raconte: “Elle s’abîme dans la prière, récite quotidiennement : «  Que m’arrivera-t-il aujourd’hui… rien que vous n’ayez prévu de toute éternité. Je m’y soumets…  » Tous comprennent qu’elle est devenue le soutien de la famille, permettant à Louis XVI de recevoir l’abbé Edgeworth, de se confesser, de communier avant de mourir, s’occupant de sa belle-sœur affaiblie, de sa nièce qu’elle prépare à rester seule, mais au détriment de sa santé. Madame de Bombelles écrit, le 22 avril 1793 : «  sa maigreur est, dit-on, effrayante, mais la religion la soutient ; elle est l’ange consolateur de la Reine et des enfants  ».”
Les événements s’accélèrent: “Le 2 août 1793, la reine part pour la Conciergerie. Puis le 9 mai 1794 c’est le tour de Madame Élisabeth, d’un procès préfabriqué sans contact avec son avocat, Chauveau-Lagarde. Condamnée à mort avec vingt-quatre victimes, elle les aide à se préparer à mourir, et sauve la vie de la comtesse de Sérilly l’obligeant à déclarer sa grossesse.”
Et c’est l’exécution: “Sur le passage de la charrette, «  le peuple l’admire et ne l’insulte point  », relate le municipal Moelle. Tous les condamnés se sont regroupés autour d’elle, et à l’arrêt fatidique de la charrette, la princesse se lève la première, disant à ses compagnons : «  Nous allons tous nous retrouver au Ciel  ». Chacun à son tour, les femmes l’embrassent, les hommes ploient le genou, tandis que la princesse récite le De Profundis. À son tour, la dernière, tête nue, elle gravit avec fermeté, les marches de l’échafaud, manifeste un dernier geste de pudeur en demandant qu’on la couvre de son fichu, avant de basculer sur la guillotine.”
Un phénomène étrange se produit alors: “Les relations et Mémoires de ce temps s’accordent à dire qu’à l’instant où elle reçut le coup fatal, une odeur de rose se répandit sur la place de la Révolution. Son corps fut inhumé, dénudé, dans une fosse commune au cimetière des Errancis, aujourd’hui disparu. Son corps n’a pu être ni retrouvé ni identifié.”
Tiré de France Catholique du 25 avril 2017
======
ALLELUIA ! 17 000  mercis à l’Assemblée plénière des Evêques, qui vient de se tenir à Lourdes, pour cette incroyable et stupéfiante décision que nous considérons d’ores et déjà comme un véritable miracle réalisé par Notre Dame de Lourdes ! C’est une immense espérance qui vient de se lever pour nous en raison de notre intime conviction sur la validité pour notre temps des Lois Fondamentales du Royaume de France, auxquelles Madame Elisabeth était attachée de toute son âme et de tout son esprit, au point d’avoir offert sa vie pour la Reine Marie-Antoinette ; on sait aujourd’hui que c’est grâce à Madame Elisabeth que la Reine a pu se confesser et communier à la Conciergere, des mains de l’abbé Charles Magnin,  quelques jours avant le 16 octobre 1793. Et jusqu’à preuve du contraire qui n’est toujours pas établie, nous croyons que le sacrifice de Madame Elisabeth, associé à celui du Roi Louis XVI et de la Reine Marie-Antoinette a permis l’exfiltration du Roi Louis XVII, car il est impensable pour nous que la Royauté Capétienne légitime ait pu disparaître de l’Histoire des Nations, quelque temps après que  « Louis Charles Capet » ait accusé « sa mère  » d’actes incestueux, commis à plusieurs reprises entre le 21 janvier 1793 et le 3 juillet 1793, sous les yeux mêmes de celle qui sera un jour béatifiée – nous n’en doutons pas – par la sainte Eglise Catholique Apostolique et Romaine ! 

Aussi invitons-nous tous nos amis lecteurs à prier la future Vénérable Elisabeth de France de nous aider à découvrir  la vérité, toute la vérité, rien que la vérité sur le destin de son neveu ,le Roi Louis XVII, car nous croyons que le destin de la France dépend plus que jamais de la résolution de la plus fascinante énigme de son Histoire !

Pour mémoire, merci au Salon Beige qui nous offre en page de commentaires la prière composée par Madame Elisabeth, lorsqu’elle était prisonnière au Temple.

Cf l’excellente biographie de Jean de Viguerie, « Le sacrifice du soir » (Editions du Cerf, 2010)

Prière composée par Madame Élisabeth de France (1764-1794) à la prison du Temple avant d’être guillotinée. 
« Que m’arrivera-t-il aujourd’hui, ô mon Dieu, je l’ignore. Tout ce que je sais, c’est qu’il ne m’arrivera rien que Vous ne l’ayez prévu de toute éternité. Cela me suffit, ô mon Dieu, pour être tranquille. J’adore vos Desseins éternels, je m’y soumets de tout mon cœur. Je veux tout, j’accepte tout, je Vous fais un sacrifice de tout ; j’unis ce sacrifice à Celui de votre cher Fils, mon Sauveur, Vous demandant, par son Sacré-Cœur et par ses Mérites infinis, la patience dans mes maux et la parfaite soumission qui Vous est due pour tout ce que Vous voudrez et permettrez. Ainsi soit-il. »

====================== 

MAJ 08/11 Macron vous propose de calculer avec quelles indemnités vous allez vous faire virerEt voici le crime du nouveau César, futur chanoine honoraire de Saint Jean de Latran,  contre la civilisation chrétienne et française, ou la preuve que la République dite Française est en état de possession diabolique …  
Macron vous propose de calculer avec quelles indemnités vous allez vous faire virer

Pour mémoire : 
Droit du travail : notre civilisation régresse de 2300 ans à cause de Macron

Droit du travail : notre civilisation régresse de 2300 ans à cause de Macron

 » … Or, Macron prévoit ici une exception propre aux salariés, qui se verront forcément opposer un plafond de responsabilité même s’agissant d’un licenciement volontairement abusif (correspondant donc au dol ou la faute lourde).
On se trouve pourtant dans une hypothèse très grave de violation du droit du travail, puisque délibérée.
Sa réforme permet de jeter un salarié comme un mouchoir sale, alors même qu’il n’existe aucune cause réelle et sérieuse à son licenciement.
Cela témoigne d’un mépris pour le salarié français … » 
======
Nous dirions quant à nous d’un mépris pour la civilisation française qui n’existe pas, selon Macron, comme chacun le sait depuis la campagne électorale pour l’élection par le Peuple Souverain d’un Président d’une République qui conduit la France vers le chaos … [ lire la suite sur  Non possumus [ MAJ 27/09 – Add 28/09 ]

==========

MAJ 07/11  Et voici la terrifiante abomination de la désolation à Rome même, annoncée par la Reine des Prophètes à Fatima, La Salette … et l’eschatologie catholique la plus sûre, objet de méditation de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face … Pour l’honneur de l’Eglise, quel est le cardinal, évêque ou  humble prêtre d’une paroisse qui va se lever,  avant qu’il ne soit trop tard, pour dénoncer le péché contre l’Esprit Saint, qui attribue à Dieu la paternité du Coran et de la charia, sortis de l’Enfer , et dont Seul le Coeur Immaculé de Marie  pourra triompher 

Le grand imam Al-Tayeb 07/11/2017 © L'Osservatore Romano

Egypte: seconde visite du grand imam Ahmed al-Tayeb au Vatican – 7 NOVEMBRE 2017

C’est la seconde visite du grand imam sunnite au Vatican après celle du  23 mai 2016. Il était accompagné d’une suite de cinq personnes. Le cardinal Jean-Louis Tauran, et trois de ses collaborateurs du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, qu’il préside, ont également salué le grand imam. …/…

Au cours de sa visite de deux jours en Égypte, le pape a exhorté les dirigeants religieux à dénoncer les violations des droits de l’homme et les tentatives de « justifier la violence et la haine au nom de Dieu ». …/… 

La pédophilie est licite en islam selon les juristes sunnites Mise en ligne le 7 novembre 2017

A la télé en Egypte :  » C’est un devoir national de violer « 

A la télé en Egypte :  » C’est un devoir national de violer « 

MAJ 04/11 Vous avez dit :  » éclosion d’un nouveau paradigme royaliste » et  » Constat de déshérence royaliste « ? 

Alors que nous réfléchissions à la contribution qu’il pourrait être opportun d’apporter à la réflexion en cours sur La Charte de Fontevrault et  ROYAL-ARTILLERIE ⚔ LE BLOG  ( que nous tenons pour être des  sites de référence de la galaxie royaliste ) , un surf sur Internet vient de nous faire découvrir   cette excellentissime tribune … 

QUAND LES CHRÉTIENS SONT ATTAQUÉS EN PLEIN CŒUR

que nous ne saurions trop conseiller à Mgr Centène de lire attentivement 

Croix de Ploërmel. Mgr Centène : «Les laïcistes ne se rendent pas compte qu’ils sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis»

Et après avoir lu «  …« Si le Christ n’avait pas déclaré qu’il fallait rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César, les opposants à la statue de Jean-Paul II ne seraient pas là… » ( Famille chrétienne  peut-être n’est-il pas trop tard pour oser l’inviter à se demander si l’Eglise qui est en France ne se serait pas elle aussi assise sur la branche pourrie en train de disparaître qu’elle est en train de finir de scier, par ses incessants appels au ralliement à la République et à ses prétendues « valeurs «  ,  qui ont conduit à l’Elysée un véritable psychopathe, dans la sidération des  29 millions d’électeurs inscrits, qui se sont abstenus de voter aux dernières élections législatives !

Et peut-être serait-il encore temps, Monseigneur,  Vous qui , chaque année célébrez une cérémonie religieuse pour les agriculteurs français qui se sont suicidés durant l’année écoulée, de vous demander, si votre interprétation de la  célébrissime demande de Notre Seigneur Jésus – Christ ne serait pas gravement erronée,  au vu de l’abîme vers lequel la France est en train de se précipiter à tombeaux ouverts, au milieu des feux et des agressions de tous ordres, déclenchés par de véritables actes de guerre, sur le sol même de notre Patrie ! …

Et quand vous dites que  » La charia est une loi donnée par Dieu pour être appliquée sur le terrain civil et pénal  » ne serait-ce pas une véritable monstruosité spirituelle, enseignée même par le  Souverain Pontife dans son encyclique Evangelii Gaudium et par sa pastorale urbi et orbi, qui, en nommant « Dieu «  comme étant à la source de la barbarie musulmane, expliquerait à elle seule que soit venue l’heure de l »Apocalypse  et de son cavalier vert

Mgr Liberati : « L’Islam nous conquerra, et c’est uniquement de notre faute »

Monseigneur Carlo Liberati, archevêque et prélat émérite de Pompéi, a déclarédans les colonnes du magazine La Fede Quotidiana :

Unknown-33L’Islam nous conquerra, et c’est uniquement de notre faute ». La faute à ce mode vie des européens“ dans lequel c’est “comme si Dieu *** n’existait pas”, avec ce “sécularisme et ce relativisme qui avancent“: “La foi faible favorise l’Islam“.

…/…

*** Mais Monseigneur, ci-devant évêque émérite de Pompeï, si Dieu existe comme nous l’enseigne notre Credo catholique et s’il est le même Dieu que celui des  islamistes, avec qui il conviendrait d’entrer en dialogue pour les motifs invoqués dans l’encyclique Evangelii Gaudium, est-ce qu’il n’y aurait pas quelque part une contradiction radicale interne, contraire au principe d’inhérence de toute la Tradition catholique et inhérente par contre à la pastorale en vigueur, depuis le Concile Vatican II, qui favorise la conquête de l’Europe par l’islam ?  

Si la réalité de la France d’en bas vous interesse, Messieurs les cardinaux, archevêques et évêques de France et de Navarre, réunis en Assemblée plénière à Lourdes, et qui portez si bien le vert liturgique , voyez les dernières informations du jour à la fenêtre twitter de Fdesouche

À la Une - SITE (15)

Face à cette situation qui devient chaque jour plus désespérée  que la veille, merci à Yves Daoudal qui nous invite à prier notre saint patron, en toute sérénité et en union avec tous les évêques rassemblés à Lourdes, humour de Dieu riche en miséricorde oblige !

Saint Charles Borromée

MAJ 02/11  Royal Artillerie autopsie avec talent et gentillesse la dernière Biennale Blanche. Mais il est des morts qui vivent longtemps (II).

C’est Toussaint : ça brûle et ça caillasse dans les territoires perdus de la République

C’est Toussaint : ça brûle et ça caillasse dans les territoires perdus de la République

Unknown-29

 

 

« L’apocalypse est  à l’honneur en cette fin d’année liturgique. ( le Salon Beige

Halloween : nuit de violences urbaines à travers la France et l’Allemagne (MàJ)

En attendant la suite des terribles évènements qui viennent sur nous, à cause de la folie criminelle de ceux qui ont en charge le destin de la France, et comme nous avons pris l’habitude de le faire, nous invitons nos amis à avoir une pensée pour tous ceux qui, depuis plus de deux siècles, ont cherché la vérité sur la question Louis XVII et sans lesquels ce site ne pourrait pas exister.  

…/…

3 éme point. Le problême des Lois Fondamentales du Royaume (LFR) .
L’expérience démontre  que dés que l’on aborde  la question de la restauration de la monarchie  c’est ce rempart  qui est opposé à toute discussion. Donc non seulement les LFR ne rendent pas possible la restauration du roi en république mais , en plus , elles la rendent impossible. Distinguons  bien les hypothèses.

En monarchie,  les LFR sont le rempart nécessaire  à la transmission de la Couronne .
On l’a bien vu lors  de l’affaire du testament* du roi  Louis XIV *** Voir PS *** Les-a-dauphins
* Le testament du 2 août 1714 et les deux codicilles, document qui amende un testament (13 avril et 23 août 1715) sont tous de la main du roi.
Ce texte est enregistré par le Parlement de Paris le 2 août 1714, mais il est contraire aux lois fondamentales du royaume reconnaissant pour seuls héritiers les enfants issus d’un mariage légitime. https://www.histoire-image.org/etudes/testament-louis-xiv?language=fr
En république ,  les LFR sont l’obstacle qui s’oppose de jure et de facto à la transmission de la Couronne .
Et on vient de le  voir avec la récitation non réfléchie du Notre Père. Par  voie de  conséquence  la  véritable Loi fondamentale du Royaume ( LFR) en république est le Notre-Père. Quel royaliste, et,  par  conséquent, quel Chrétien  pourrait  s’y opposer ?
AMEN
Alain TEXIER. Président  fondateur de la Charte de Fontevrault (1988-1991).

======

OBJECTION VOTRE HONNEUR ! 
Mais alors, même correctement traduit, selon la version qui entrera en vigueur le 3 décembre prochain, si le Pater Noster suffit pour inspirer l’action politique du catholique en République, à quoi bon toutes les oeuvres des uns et des autres, qui sont enseignées par l’Université [
ou qui l’étaient  tout au moins, jusqu’en mai 68  ] ?   
Permettez-donc à un pauvre pèlerin en esprit de Notre Dame de Pontmain – comme dirait notre ami chouandecoeur – de voir dans la fidélité aux Lois Fondamentales du Royaume de France, scellées jusqu’à la Fin des Temps par la mission naturelle et surnaturelle de Jeanne d’Arc , un moyen de résister, de toute son âme et de son esprit à la folie criminelle d’un régime politique, qui nous conduit à la pire des pires catastrophes de l’Histoire de France.
Voyez les infos publiées jour après jour sur les principaux sites de la réinfosphère ou réacosphère, tels que Fdesouche, Riposte laîque, Résistance Républicaine, Polemia, – aux risques et périls de plus en plus graves pour leurs administrateurs – pour ne citer que quatre des fers de lance de la dissidence politique rendue nécessaire par l’observation de la réalité et qui ne sont jamais reprises ( ou de manière tout à fait exceptionnelle ) en titre de Une sur les sites BCBG de la roycosphère ou même de la cathosphère ! 
Et résister et entrer en une dissidence radicale, n’est-ce pas ce qu’Aristote nous demanderait de faire aujourd’hui, comme nous l’a enseigné Alexandre Levionnois dans sa passionnante intervention, bien que  raccourcie – vieux tic royaliste oblige ?… – lors de la Biennale Blanche?…

*** Voir cet article inédit du Salon beige 

L’année des quatre dauphins – L’étonnant abandon de Louis XIV à Dieu 
=========

MAJ 27/10 En l’honneur de tous les antillais ( nés avant mai 68 )  qui fréqentent, assidûment, la chapelle de la Médaille Miraculeuse à Paris …
FATS DOMINO, ROI DU ROCK AND ROLL : CATHOLIQUE ET FRANÇAIS TOUJOURS !

REQUIESCAT IN PACE ! 

source :  Bvoltaire 

Qui d’autre que la Très Sainte Vierge Marie peut sauver Paris  de la terrible catharsis appelée à venir dans la rue, pour reprendre le vocabulaire que le Monde a osé nous balancer en ligne – et en titre de Une ! –  à propos d’une immonde campagne  d’esprit très républicain ? …

« Balancer » pour « balancer » visons les bonnes personnes !
MAJ 26/10 EXCLUSIF : LES PREUVES QU’ANNE HIDALGO AVAIT UN EMPLOI FICTIF

Exclusif : les preuves qu’Anne Hidalgo avait un emploi fictif

Scandale des emplois fictifs d’Hidalgo : enfin les langues se délient !

Voir notre page  Au coeur de l’imposture de la mort de Louis XVII au Temple le 20 prairial an III (8/06/1795)

MAJ 25/10 20 h 50 Ciel ! Serait-ce une annonce subliminale du futur sacre du Roi de France à Reims, de l’héritier légitime de Charles VII ?

12 novembre : 580e anniversaire de l’entrée de Charles VII dans Paris ( lu sur le salon beige ) 

7

En effet, pourquoi commémorer si ce n’est pas pour préparer un évènement semblable et/ou tirer un enseignement pour l’action de l’expérience des siècles, comme de celle-ci par exemple ?…

Le 25 octobre 732, Charles Martel nous sauvait de la barbarie islamique

Le 25 octobre 732, Charles Martel nous sauvait de la barbarie islamique

MAJ 25/10  Et maintenant que faire, après le beau succès de la Biennale Blanche (bis) et après avoir lu ceci ?
BB 2017. La Biennale Blanche a sans doute permis l’éclosion d’un nouveau paradigme* royaliste. Le constat de la déshérence royaliste.

Tout d’abord nous tenons à exprimer à nouveau notre plus vive reconnaissance à Alain Texier  qui a organisé cette Biennale Blanche 2017 ; et afin de ne pas mettre de l’huile sur le feu de la petite friture royaliste, [alors que nous sommes sur un volcan, prêt à exploser comme l’écrit Lafautearousseau ] nous resterons médusé par les  insultes inacceptables dont il est l’objet, même si nous ne doutons pas qu’elles soient pour lui une nouvelle occasion d’emprunter le chemin qui mène au Palais du Roi des Rois. 

Ainsi que vous le savez, la voie que nous avons empruntée pour y être admis un jour ou l’autre est plus cachée que celle du Président-fondateur du navire amiral de la flotte royaliste providentialiste, à laquelle appartient notre ex-trimaran Cril17, devenu un sous-marin de poche, après de multiples mutations nécessitées par des ajustements vitaux aux vents dominants … En effet en partant d’un souterrain du Temple que Napoléon a fait raser en 1808, afin qu’il ne devienne pas un haut-lieu de pèlerinage royaliste, nous espérons découvrir la lumière du jour, avant le 17 juillet 2029, pour pouvoir assister au sacre du Roi de France,  sur un banc de la basilique de  Reims, près de laquelle vient de se tenir cet admirable Colloque international du CESHE – 21 et 22 octobre 2017 – Reims .

Et, c’est dans cette perspective que la Biennale Blanche 2017 nous a permis d’exprimer publiquement un premier voeu, grâce au concours du Professeur Gérard Lucotte, qui nous a invité au terme de sa conférence à lire et relire à haute voix ce que nous avions pu écrire ici-même  :

 »  Si les mots ont encore un sens et si la raison a encore droit de cité dans ce pays, le 21 octobre 2017 vers 15 h 30 environ, la Biennale Blanche 2017 devrait provoquer le processus de dissolution, à très court terme, de l’Institut Louis XVII ! CHRONO SVP !  « 

Compte tenu de l’esprit même qui anime la Charte de Fontevrault, qu’Alain Texier a rappelé aussitôt après, il n’est pas en notre pouvoir de décider ou même de vouloir la dissolution de quelque organisation que ce soit ! Mais nous croyons savoir qu’il existe dans les statuts de l’association, qui défend la thèse selon laquelle Naundorf aurait été Louis XVII, un article qui prévoit expréssement l’hypothèse de la dissolution de la dite association, dès lors que la preuve serait apportée que Naundorf ne pouvait pas être Louis XVII. 

A l’image des voeux que la Commission du Vieux Paris pouvait présenter à la Ville de Paris, nous renouvelons à cette tribune le voeu que l’Institut Louis XVII prononce sa dissolution par simple application de ses statuts. Et à ce voeu nous en ajouterons un second : 
que le très beau site de l’Institut Louis XVII ( avec vue sur le château de Versailles ) se transforme en un outil Web au service de la cause royale qui est chère à tout royaliste ayant l’amour de la France et des Lois Fondamentales du Royaume de France chevillé à l’âme, à l’esprit et aux entrailles ! 
Aussi profiterons-nous de ce post pour souligner tout l’intérêt de sa documentation que nous n’avons pas hésité à utiliser pour la rédaction en cours de notre livre  Au coeur de l’imposture de la mort de Louis XVII au Temple  que nous espérons présenter lors de la Fête du Livre à Nantes le 17 décembre prochain. 

 Grande Fête du livre à Nantes (5ème Edition) le dimanche 17 décembre 2017  

*** paradigme : jeunes lecteurs  qui tournez peut-être comme une toupie entre la vie et la mort, vers laquelle vous balance un système abject et proprement diabolique, voyez  la belle définition ( sens n°3) de ce mot dont vous n’avez peut-être jamais entendu parler …  

…/… A suivre …/… 

MAJ 24/10 12 h 30 Et maintenant que faire, après le beau succès de la Biennale Blanche ? 

Après avoir souligné combien la présence de SAR Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme a constitué pour nous l’évènement majeur de cette Biennale Blanche 2017 ( voir ici ) , et sans plus attendre le compte rendu qui sera fait sur le site de La charte de Fontevrault   (ou ailleurs) , nous croyons opportun de vous proposer nos premières observations sur les autres évènements de cette journée ; sa très grande richesse intellectuelle, spirituelle et politique ne peut que faire regretter qu’elle ait été  en concurrence avec le  Colloque international du CESHE – 21 et 22 octobre 2017 – Reims . 
Parmi toutes les interventions qui ont eu lieu, nous nous attacherons en premier lieu à celle du Professeur Gérard Lucotte, centrée sur la question Louis XVII autour de deux thèmes principaux,  étudiés selon les compétences qui lui sont propres et qui lui sont reconnues par la communauté scientifique internationale, contrairement à ce qu’on peut lire dans l’article de Wikipedia *** qui lui est consacré et où d’ailleurs il n’est fait aucune mention de ses publications parues dans la revue International Journal of sciences  : 
1 / Le professeur Gérard Lucotte a rappelé ce qu’il avait déjà publié sur IJS et qu’il nous avait autorisé à reprendre sur notre précédent forum  
The DNA Y-STRs Profile of Louis XVI (1754-1793) [ MAJ 09/05 ] : 

Les analyses génétiques révèlent que Karl-Wilhelm Naundorf ne pouvait pas être le fils de Louis XVI et de la Reine Marie-Antoinette. 
Nous publierons dans les jours prochains tout texte complémentaire qu’il serait éventuellement opportun ou utile de vous présenter. 

2 / En ce qui concerne, de manière plus spécifique, l’énigme du Temple, le Pr Gérard Lucotte nous a confirmé ou révélé ( au choix du lecteur ) que l’Enfant du Temple, décédé sous le nom de Louis Charles Capet avait été empoisonné et le fait nouveau est dans la précision apportée sur le moyen qui a servi aux révolutionnaires : c’est avec la belladone ( ou atropine Add 25/10 ) !  
Et tout chercheur passionné par la question Louis XVII sait que l’Espagne avait opposé une condition sine qua non à la signature du traité de paix sollicité par la République Française : c’était la remise des enfants de Louis XVI ! Et comme l’actualité espagnole nous a offert très curieusement et tout récemment l’occasion de le rappeler,( voir Ici )  le Roi d’Espagne était prêt à céder la Navarre et la Catalogne à Louis XVII pour qu’il en fasse son Royaume ! … 
Or Louis XVII n’étant plus aux mains des révolutionnaires depuis le soir du 3 juillet 1793 ou la nuit du 2 au 3 septembre 1793 (selon notre modèle toujours en vigueur), les révolutionnaires n’ont donc pas hésité à empoisonner celui qui lui avait été substitué, pour pouvoir signer le traité de la paix de Bâle du 22 juillet 1795, qui était indispensable à la survie de la République, compte tenu de la situation intérieure et du contexte européen …  

*** Mais nous avons appris grâce à la magnifique conférence dédiée à Platon et à Aristote d’Alexandre Levionnois que Wikipedia pouvait aussi se tromper gravement …

=========

Ce dimanche 22 octobre 2017, l’Eglise nous a proposé la lecture liturgique suivante : 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 22,15-21. 
Alors les pharisiens allèrent tenir conseil pour prendre Jésus au piège en le faisant parler. 
Ils lui envoient leurs disciples, accompagnés des partisans d’Hérode : « Maître, lui disent-ils, nous le savons : tu es toujours vrai et tu enseignes le chemin de Dieu en vérité ; tu ne te laisses influencer par personne, car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens. 
Alors, donne-nous ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ? » 
Connaissant leur perversité, Jésus dit : « Hypocrites ! pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? 
Montrez-moi la monnaie de l’impôt. » Ils lui présentèrent une pièce d’un denier. 
Il leur dit : « Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? » 
Ils répondirent : « De César. » Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » 

Depuis des lustres, Nos Seigneurs Nos Evêques de l’Eglise qui est en France crucifient l’âme des royalistes français en leur disant «  vous devez vous soumettre à la République, à ses lois et à ses valeurs, parce que l’Etat républicain est aujourd’hui le César du temps du premier avènement de Notre Seigneur Jésus-Christ. « 
Et à ce mot d’ordre s’ajoute en outre l’injonction d’obéir à la loi du 9 décembre 1905, qui crucifie l’intelligence politique royaliste française, forgée au cours des siècles. 
Or aujourd’hui la situation est devenue intenable pour nous, royalistes et catholiques français, qui assistons impuissants à un désastre, annonciateur de la pire des pires catastrophes de l’histoire de France. 
Dès lors, nous osons dire à Nos Seigneurs et ci-devant Evêques de France et de Navarre : 
Si vous ne voulez pas qu’à l’image de Jeanne d’Arc, condamnée par la faute de l’évêque Pierre Cauchon, nous mourions, nous aussi, par votre faute, permettez-nous de refuser de nous soumettre à la République, à ses lois et à ses valeurs qui, jour après jour, mettent la France en état de possession diabolique ! ***
Et si vous ne voulez pas entreprendre le grand exorcisme nécessaire à la libération de la France que vous seule, Conférence des Evêques de l’Eglise qui est en France, *** pouvez réaliser, permettez aux laïcs français et royalistes d’interpréter la parole du Christ, dans un sens tout à fait inédit et nouveau, selon un vocabulaire qui vous est cher !
En effet, ne convient-il pas de considérer que le verbe  » rendez à … » n’est écrit qu’une seule fois dans l’Evangile ? Notre Seigneur Jésus-Christ n’a pas dit aux pharisiens  » rendez à César ce qui est à César et rendez à Dieu ce qui est à Dieu  » ou  » rendez à César ce qui est à César ;  rendez à Dieu ce qui est à Dieu !  »
Dès lors, en réponse à cette Parole de Notre Seigneur Jésus-Christ, c’est dans le même mouvement de l’esprit que nous voulons rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu.
Or, il est évident pour tout esprit ayant un minimum de culture historique et de discernement spirituel et politique que la République, construite en haine de la foi catholique, poursuit aujourd’hui une oeuvre de destruction de notre civilisation, aussi folle que criminelle, qu’il nous est impossible d’accepter par amour de Dieu, de la Patrie, de nos enfants et des générations à venir.  
C’est pourquoi, nous, catholiques et royalistes français, n’avons pas d’autre choix possible que celui d’exprimer notre devoir de reconnaissance envers la Royauté Capétienne qui a construit la France, avec l’aide de Dieu,  de l’Eglise et l’adhésion du peuple de France ; et aujourd’hui encore, seules les Lois Fondamentales du Royaume de France, scellées jusqu’à la Fin des Temps par la mission naturelle et surnaturelle de Jeanne d’Arc, nous permettent d’obéir  en conscience, et d’un même mouvement de l’âme, de l’esprit et du coeur à la Parole du Christ  » : 

Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ! 

*** Nous sommes heureux de saluer la prochaine entrée en vigueur de la nouvelle traduction du Pater Noster ! Nul doute qu’elle contribue puissament à délivrer la France de son état actuel de possession diabolique, qui n’est peut-être pas totalement étranger à la traduction sacrilège et absurde du Notre Père, destinée à être jetée dans les poubelles de l’Histoire de l’Eglise de France, le 3 décembre 2017. 

À la Une - SITE (11)

Et juste après avoir posté cet article, notre surf habituel du lundi matin nous a fait découvrir cet édito de Pierre Cassen : 

Sans l’islam, la France serait un pays formidable : raison de plus pour s’en débarrasser…

Et sans la République, que serait la France, cher Cyrano, qui avez eu du nez en créant Riposte Laïque, il y a maintenant 10 ans, ce qui vous vaut d’être invité, fort légitimement, au 3 ème forum de la dissidence !

Polemia : à quoi servent les conquêtes sociales si on doit subir l’islam au quotidien ?

 » Je serai invité, pour la première fois, aux troisièmes journées de la Dissidence de Polemia, qui se dérouleront le 18 novembre à Paris (voir ci-dessous).
J’ai à cette occasion donné une interview dans un 8 pages édité, pour cette occasion, par le site. Inscrivez-vous nombreux, et contribuons à ce que cette nouvelle journée de la résistance française soit une réussite. » 

D’où la question que nous posons au forum de la dissidence, si Polemia voulait bien inviter une personnalité de la galaxie royaliste *** : 

Est-ce que la véritable dissidence, capable de libérer la France de ce régime abject qu’est devenu la République dite française, ne serait pas l’obéissance aux Lois Fondamentales du Royaume de France

Allo POLEMIA ? 

***  voir notre post précédent :  En attendant la révélation du Roi caché … [ Addendum 23/10 ]   et  Jacques Attali en a rêvé, Emmanuel Macron le fait.

… /… à suivre …/… 

Pour en finir avec l’énigme Naundorf (2) [ MAJ 27/09]

MAJ 27/09 Biennale blanche.

La prochaine Biennale blanche, organisée par notre ami Alain Texier, se tiendra à Paris le samedi 21 octobre 2017 :
           À l’ASIEM
6, rue Albert de Lapparent 75007 PARIS de 10 H à 18 H.
Voici déjà quelques uns des inscrits. D’autres suivront :
…/… lire la suite …/…

Venez y rencontrer, en particulier, plusieurs des membres du Conseil dans l’Espérance du Roi qui seront heureux de faire votre connaissance et d’échanger avec vous : Anne Brassié, Antonia, Jean-Yves Pons, Alain Texier, et peut-être quelques autres … Le 27 septembre 2017.
Nous ne manquerons pas de vous tenir informés de la présence attendue des uns et des autres …  

Et peut-être y aura-t-il même parmi ces  » quelques autres  » le prince Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme, égalité enfin bien comprise oblige ? … 

Egalité, toujours plus loin !

=====
Biennale Blanche 21 octobre 2017 . Naundorff et le Professeur Lucotte, le retour.

Le  Professeur Gérard Lucotte. sera des nôtres  lors de la Biennale Blanche 2017; Nos remerciements lui sont acquis à raison de sa présence et aussi,  pourquoi ne pas le dire ? A raison des  conditions auxquelles il offre d’être des nôtres.
L’on se souvient que le Professeur Lucotte nous avait  déjà honoré de sa présence  lors de la précédente Biennale Blanche. Il a bien voulu revenir cette année  pour nous présenter  de 15 H 15 à 15 H 30 environ l’analyse suivante : « Pour en finir  avec Naundorff. L’argumentation ADN«
=====
Si les mots ont encore un sens et si la raison a encore droit de cité dans ce pays, le 21 octobre 2017 vers 15 h 30 environ, la Biennale Blanche 2017 devrait provoquer le processus de dissolution, à très court terme, de l’Institut Louis XVII ! CHRONO SVP !  
======
L’institut Louis XVII sera présent à la Biennale Blanche du 21 octobre 2017.
Publié le  par 

Vers la résolution de l’énigme Naundorf (43) [ MAJ 31/01]

MAJ 31/01 

Nous sommes heureux de pouvoir vous proposer aujourd’hui un nouveau communiqué de Mme Laure de La Chapelle.

La confrontation qui va se poursuivre devrait nous mener inéluctablement à la résolution de cette énigme Naundorf qui, depuis bientôt deux siècles, pollue la recherche de la vérité historique sur le destin de Louis XVII !

Aussi en profiterons-nous pour rappeler à nos nouveaux lecteurs, qui pourraient l’ignorer encore, que l’objectif de notre CRIL17 est de faire annuler l’acte de décès, à l’Etat-Civil de Paris, de «  Louis Charles Capet  » du 24 prairial an III, avant le 17 juillet 2029 au plus tard !

C’est toute la raison d’être de ce site !   

=======

Voici certains  renseignements complémentaires :

1°/  Important témoignage de Charles Leschot, cousin de Frédéric Leschot, au procès de Brandebourg (Papiers Naville, numérisés par Christian Crépin):
“Il semble même qu’il ((Charles Leschot) a été appelé au procès de Brandebourg comme témoin à charge pour constater que Naundorff n’était pas Louis XVII, mais Perrin”(souligné dans le texte original.)
2°/  Voici la raison de l’implication de l’historien  suisse Eugène Albéric Naville dans les recherches considérables qu’il a faites sur  l’affaire Louis XVII à la Bibliothèque de Genève.
Eugène Albéric Naville était le petit-fils de François Marc Louis Naville (1784-1846), nommé pasteur le même jour que son ami Jean Jacques Caton Chenevière, fils de Nicolas,( pasteur de Saconnex de 1783 à 1789, ville où naquit Jean Perrin,)  Nicolas Chenevière fut député en 1793 à l’Assemblée Nationale française et secrétaire de l’Assemblée le 29/04/1793.
Quant à François Marc Louis Naville, il était  le trisaïeul des Chenevière-Naville actuels.( Etude sur la famille Chenevière  par  William Guex , commandée  par Edmond Chenevière en 1931 et reprise par Marc Chenevière en 1981.)
Il est important de noter les liens familiaux entre les Chenevière et les Naville, qui ouvrent la possibilité de renseignements issus de documents ou de traditions recueillis par l’historien Eugène Albéric Naville

Laure de La Chapelle 

Présidente du CEHQL17

=========

30/01 Dans le cadre du débat qui s’est ouvert sur l’énigme Naundorf et en attendant de pouvoir aller plus loin, grâce à divers documents d’archives destinés à faire les derniers arbitrages nécessaires, que nous espérons recevoir très prochainement, voici le communiqué que Mme Renée Lescaroux nous demande de publier : 

=====

 » Je connais assez bien le procès de Brandenburg, et pas seulement l’interrogatoire récemment traduit [ que nous vous proposerons dans peu de temps. NCRIL17] .

Il y avait un seul procès avec deux accusations : pour l’incendie le fait n’a pas pu être prouvé car le directeur du théâtre a attesté que la porte du grenier était ouverte depuis toujours ; pour la fausse monnaie le principal témoin était le caissier du dépôt mais il n’a pas voulu jurer sur la bible que son témoignage était vrai, cela a fait mauvaise impression et il s’est suicidé.

Naundorf n’était pas quelqu’un de calme, il perdait facilement ses moyens et c’est pris de colère qu’il a crié qu’il était le fils du Roi de France. Il a donc été condamné pour mensonge ; son dossier a été soigneusement étudié par le directeur de la prison de Altstatt qui était persuadé qu’il était innocent. Mais tous ces faits n’ont rien à voir avec son appartenance aux rothwelsch qui était réelle. Frédéric Leschot avait été mystérieusement prévenu et se trouvait dans le public ; aucun autre Suisse n’était là. Les notes de von Rönne étaient en annexe dans le dossier Naundorf que Pezold avait réclamé au tribunal de Brandenburg. Après lecture Pezold les a détruites et a renvoyé le dossier à Brandenburg.

Il y avait un seul dossier et personne n’a remarqué le manque ; les recherches de Madame de la Chapelle sont basées non-pas sur des documents référencés mais sur les écrits de Naville qui était un naundorfiste acharné. 

Mme Renée Lescaroux, membre du CEHQL17

Vers la résolution de l’énigme Naundorf (42) [ Addendum 28/01 ]

Chers amis lecteurs, 

Après une petite pause générée par l’attention à la réalité qui nous entoure et dont il nous a été impossible de nous désinteresser – postulat de Jeanne d’Arc – Le Verrier oblige ! – nous reprenons nos réflexions sur l’énigme Naundorf à la faveur d’un échange privé qui a eu lieu en novembre 2016 entre Mme Laure de La Chapelle et le professeur Gérard Lucotte, qui nous font l’honneur de nous autoriser à le rendre public. 

Sous réserve d’erreurs qui seraient dues aux differentes opérations que nous avons dû réaliser sur le fichier d’origne et que nous corrigerions dès que nous en aurions connaissance, voici la transcription du contenu de la lettre de Mme Laure de La Chapelle en réponse à la demande du Pr Gérard Lucotte, suite à l’exposé de la thèse inédite de Mme Renée Lescaroux, que nous avons présentée ici même. 

===

Monsieur le Professeur,

Merci de votre information : je connais parfaitement par ailleurs l’hypothèse Lescaroux sur Naundorff, à laquelle je ne puis adhérer. …/… Pour information, je vous fais part de ma propre hypothèse, très différente. Naundorff serait un franco-suisse, né à Saconnex le 29/01/1786 de Jean Perrin et Jeanne Bastian ) (Le dialecte du pays de Gex était — et reste – fortement germanisé) En 1797, il rentre comme apprenti horloger à Genève chez Jean Frédéric Leschot,où il est répertorié comme Perrin l’Aîné. Les autres ouvriers horlogers sont Louis Chenevière et Tite Leschot. C’est Charles Leschot , fils de Tite, qui vendra la mèche. Au procès de Brandebourg, d’après Naville , “Frédéric Leschot aurait reconnu Naundorff comme le Dauphin, mais Charles Leschot avait vu en lui un Perrin”. (Fonds Naville , Bibliothèque interuniversitaire de Genève, référence : 4496/3).

Origine du nom de Naundorff. Témoignage de Marie Leschot à l’historien Naville : « j’ai la certitude d’avoir entendu M. Chenevière (Louis) mon oncle, raconter qu’il avait voyagé et habité un certain temps l’Allemagne avec un passeport au nom de Naundorff. Chenevière déclara avoir remis le passeport (au futur Naundorff) en ajoutant « il a pu lui être utile, tant mieux; il a fait sous ce nom un assez joli chemin, et c’est moi qui l’ai ainsi baptisé. »

Ce passeport au nom de Naundorff aurait été remis à Louis Chenevière à Londres par Pigault Lebrun, avant le mariage subséquent de Chenevière avec Marianne Sophie Leschot, fille de Jean Frédéric ,( le maître horloger de Genève )et soeur de Frédéric, l’ami de Naundorff-Perrin.

Les Chenevière : Nicolas, (1748-1805), père de Louis, était au service de Louis Philippe d’Orléans, père de Philippe Egalité.Il avait épousé en 1778 Jeanne Du Chesne, fille d’un intendant du comte d’Artois. Leur fils Louis, né en 1779, fut compagnon d’études du duc d’Angoulême.

Nicolas Chenevière, avait d’étroites relations avec Barras qu’il rencontrait dans sa propriété des Eygalades.

Son cousin germain, également prénommé Nicolas (Chenevière) – 1758-1806- fut pasteur de Saconnex de 1783 à 1789. Jean Perrin naquit dans ce bourg en 1786.

J’ajoute que plus tard, et pour détourner une identification possible, Naundorff déclara être le fils adoptif d’un ménage Perrin (A ne pas confondre avec un ménage Perrin de Tramelan, dont parle Xavier de Roche : aucune parenté !)

Il faut rechercher l’implication de Barras dans la création de ce prétendant, création nécessaire s’il avait découvert que l’enfant trouvé au Temple le 9 thermidor n’était pas le fils de Louis XVI. Cordialement. 

P.S. Naundorff-Perrin étant de parents français, une origine génétique ancienne Bourbon (13ème siècle) serait donc possible.

Laure de La Chapelle 

Présidente du CEHQL17

======

Addendum 28/01/2017 : 

Voici une précision apportée par courrier privé par Mme Laure de La Chapelle, que nous remercions pour son autorisation de publication :   

 » Il n’est pas inutile de préciser qu’il y a eu deux procès de Brandebourg , impliquant Naundorff dans deux affaires différentes (fausse monnaie et incendie volontaire). Les minutes du premier procès ont été  inexplicablement supprimées : elles comportaient, d’après la tradition des familles concernées ,les convocations de témoins de notoriété du prévenu.
L’historien suisse Eugène Albéric Naville (1850-1939) n’a donc pu avoir accès aux minutes du procès et a du se contenter d’ enquêter auprès des descendants des témoins convoqués.  Enquête longue et très approfondie par ailleurs .
Papiers Eugène Albéric Naville .Cote Bibliothèque de Genève : CH BGE Ms.fr.4490-4500. Importance matérielle : 0,7 m. » 

Vers la résolution de l’énigme Naundorf (41)

Suite à l’intervention de notre ami Philippe et en attendant de pouvoir vous annoncer la prochaine publication d’une réédition enrichie de notre livre, Louis XVII Autopsie d’une fausse vérité nous vous proposons 2 pièces à conviction inédites pour nous, extraites du livre de Georges de Manteyer et qui s’inscrivent dans la logique de l’argumentation que nous avons développée jusqu’à maintenant. 

La première établit la preuve que Karl-Wilhelm Naundorff utilisait un dialecte appelé rothwelsch, dont Mme Renée Lescaroux nous a dit qu’il fallait de nombreuses années de pratique pour en avoir la maîtrise et au sujet duquel vous trouverez ici le commentaire d’un expert – semble-t-il – en linguistique :  

Rotwelsch (allemand)

Charles  Animateur

 » En comparaison avec l’argot français, dont 80% sont compréhensibles avec un minimum d’effort aux locuteurs actuels, le Rotwelsch est pratiquement incompréhensible pour un germanophone ordinaire. Seuls quelques rares termes sont passés (souvent via le berlinois) en allemand standard. »

brandenburg-485

Quant à la seconde pièce à conviction, il s’agit d’une pièce d’écrou qui établit la preuve que Karl-Wilhelm Naundorff, dont les cheveux étaient bruns,  ne pouvait pas être Louis XVII, avec ses cheveux blonds, ainsi que nous en avons aujourd’hui encore la preuve sous les yeux, grâce à la relique conservée par Christian Crépin, notre archiviste du Roi Louis XVII qui a pu la faire analyser par le Pr Gérard Lucotte.

ADNmt de Louis XVII et de Naundorff – Résultats des recherches du Pr Gérard Lucotte

écrou

Tribune offerte à nos contradicteurs naundorfistes – Epilogue (quater)

Merci à notre ami Philippe  *** qui vient de nous proposer en commentaires de cette page un point aussi définitif qu’inédit, sur la fameuse question de l’ordre des prénoms Louis Charles ou Charles Louis de Louis XVII, que nous avions évoquée récemment à la faveur de notre travail toujours en cours sur le livre de Georges de Manteyer, et sur lequel nous allons revenir très prochainement.   

Une preuve parmi d’autres de l’hallucinante imposture de Karl-Wilhelm Naundorf ; vers la résolution de l’énigme Naundorf (40) (PS 19/11)

Philippe dit :

J’ai toujours trouvé ce débat sur les prénoms de Louis XVII totalement hallucinant. A croire que tout le monde chez les pro et anti Naundorff ont perdu le sens commun. Je ne sais pas ce qu’il ressort de cette histoire de grattage sur l’acte de naissance qui semble grotesque. Quand on se trompe sur un acte, on biffe on ne gratte pas.
Louis XVII a toujours été prénommé Louis Charles, comme son acte de baptême l’atteste, comme les gazettes de l’époque l’ont également annoncé. Il ne sait jamais prénommé Charles Louis.
Naturellement on l’a appelé Charles, comme on a appelé Joseph (Louis Joseph) son frère, car le prénom de Louis était déjà porté par leur père Louis XVI, de ses prénoms complets Louis Auguste. Cet usage est normal et régulier, et se rencontre quelque soit la famille, qu’elle soit royale ou modeste. Il faut vraiment ne s’être jamais intéressé à la généalogie pour s’en étonner.
Évidemment de nos jours tout le monde porte un prénom différent de celui de son père, on a du mal à comprendre, mais fut un temps ou de père en fils on portait souvent le même prénom, les fils portant heureusement un deuxième prénom qui devenait leur prénom usuel. Sauf que parfois ils pouvaient retrouver leur premier prénom a l’âge adulte et après la mort de leur père. C’est ce qui rend parfois les recherches généalogiques complexes.

Pour autant que l’on change de prénoms d’usage, on ne perd pas ses autres prénoms. Légalement Louis Charles s’appelle toujours Louis Charles qu’on le prénomme Charles durant son enfance ou Louis XVII. En aucun cas on a supprimé, d’une façon quelconque, son autre prénom.

Si Louis Charles s’était appelé Charles Louis, il n’aurait jamais été reconnu comme Louis XVII par son oncle Louis (Louis Stanislas Xavier) XVIII, mais comme Charles IX. Charles X s’appelait lui Charles Philippe. On respecte logiquement l’ordre des prénoms pour la dénomination du titre royal. Bien sur il peut y avoir des exceptions, mais cela est rare et est « motivé ». Mais dans le cas de Louis XVII il n’y a pas à en avoir car il s’appelle bien Louis Charles et non Charles Louis et son oncle le savait bien, car il était son oncle et également son parrain, il était donc la à son baptême et il n’était pas sénile au point de ne plus savoir comment s’appelle son filleul !!!

Par contre Naundorff a cru intelligent, malgré le fait qu’il n’y a rien qui n’ait jamais prouvé que Louis XVII s’appelait Charles Louis et non Louis Charles et pour cause tout prouvant le contraire, de changer l’ordre des prénoms. Pour moi un tel acte prouve qu’il n’était pas Louis XVII, mais un usurpateur, manipulateur, de talent mais également un sombre idiot. N’étant surement pas au fait des usages, il ne comprenait pas que le vrai Louis XVII ait pu se faire appeler Charles, alors que ses prénoms étaient Louis Charles, il en a donc fini par conclure, avec l’aide de la coquille de l’almanach de Versailles de 1785, que ses vrais prénoms devaient être Charles Louis. Ce qui reste incompréhensible, c’est, pourquoi parmi tous ceux qui gravitaient autour de lui, il n’y en pas un qui ait été surpris par ce changement d’identité et s’en ai étonné auprès de lui. A moins que tout le monde est trouvé normal et ça a l’air encore d’être le cas pour certains que l’on puisse oublier comment on s’appelle !

En bonus, la gazette de France annonçant la naissance de Louis Charles : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62465968/f5.item

Bonne année 2017 à tous les lecteurs du blog.

=====

Notre ami Philippe est l’animateur de Louis XVII – forum actif qui présente l’ensemble des fonctionnalités habituelles à tout forum et dont nous ne disposons pas ici. 

 

Esquisse d’un modèle de résolution de l’énigme Naundorf (7)

Après le séisme spirituel, politique et moral survenu le 1 er décembre 2016 et parce que les Ténèbres de la culture de la mort n’auront pas le dernier mot, nous avons repris l’étude critique de la thèse de Georges de Manteyer, que nous avions interrompue un moment. 

Mais la complexité de son argumentation et son jeu continuel d’hypothèses, justifié en apparence par la transcription en langue allemande d’un impressionnant stock de justificatifs tiré des archives de Prusse, rend difficile, voire même périlleuse, toute publication de notre analyse par posts successifs.

C’est pourquoi nous travaillons actuellement à la rédaction d’un document de synthèse, où nous ferons l’état de la question, en vue de pouvoir le présenter lors de la future journée du livre à Nantes, le 11 décembre.

En attendant, grâce au Salon Beige, vous avez la possibilité, chers amis lecteurs, de retrouver les 

Interventions des écrivains à la fête du livre de Renaissance catholique

si vous n’avez pas pu venir hier à la fête du livre organisée par Renaissance catholique.

Conférence de Michel De Jaeghere sur son livre « La compagnie des Ombres. »

Conférence de Mathieu Bock-Côté « Le multiculturalisme comme religion politique. »

Conférence d’Eric Zemmour sur son livre « Un quinquennat pour rien. »

Conférence de Philippe de Villiers « Les cloches sonneront-elles encore demain ? »

Avec un cadeau suprise qui nous est offert par Vexilla Galliae, à qui nous tenons à exprimer notre plus vive reconnaissance, pour avoir accepté de publier notre commentaire sur cette page !

Emmanuel Macron demande audience à nos rois à Saint-Denys !

 

Esquisse d’un modèle de résolution de l’énigme Naundorf (6)

Reprenons notre analyse critique de la thèse de M Georges de Manteyer ! 

 » il est clair qu’il s’est attribué alors les papiers de Wilhelm Naundorff, né, non pas le 15 février, mais le 15 janvier 1775, à Halle, fils du bonnetier Gottfried Naundorff et dc Sophia Günter. « 

Si nous avons bien compris la conclusion du  raisonnement de Georges de Manteyer, il est clair que Karl Wilhelm Naundorf se serait donc attribué en fait les papiers de Wilhelm Naundorf, alors qu’il aurait été Carl Werg !

N’est-ce pas ce qui ressort de la lecture de cette revue de référence de l’époque, qui a étudié le livre de G de Manteyer, dès sa parution en 1927 ( 1927 (NOUV SER,T270 = T306 ; pp 903-909) 

 Titre :  Le Correspondant : revue mensuelle : religion, philosophie, politique… / directeur E. Wilson ; gérant V.-A. Waille
Éditeur :  V.-A. Waille (Paris)
Date d’édition :  1927

où on lit p 905 :  

  » Naundorff, alias Charles-Louis de Bourbon, Duc de Normandie, Dauphin de France et Roi, s’appelait en réalité Carl Benjamin Werg, né à Halle sur la Saale, le samedi 3 mai 1777, à 4 heures du matin. Son père s’appelait Johann Gottfried Werg, bourgeois, brasseur associé, jadis marchand de chevaux, et sa mère portait le nom peu romantique, de Catharina Friederika Zinck. Les parrains de l’enfant furent le sieur Benjamin Hermann Dryander, conseiller du roi de Prusse et juge du bailliage royal voisin de Giebischenstein, dame Elisabeth, épouse de Johann Friedrich Gottlieb Goldhagen, professeur en médecine, sieur Carl Gottlob Büttner avocat, et dame Johanna, Maria Elisabeth, épouse de Matthäus Wucherer, commerçant. Au lieu de Versailles, les parents habitaient au numéro 7 de la Grosse Ulriohsstrasse. Carl Benjamin Werg avait donc huit ans de plus que le véritable Dauphin, sans compter certaines petites différences de nationalité et d’origine. » 

Comment Georges de Manteyer est-il arrivé à une telle conclusion, grâce à son suivi de Hanna Hassert  ? C’est ce qu’il importe maintenant d’étudier à défaut de le comprendre … clairement ! 

 » Quel est donc le soi-disant Carl-Wilhelm Naundorff, originaire de Halle, fils de Gottfried, avec lequel Johanna Hassert vit ainsi à Berlin, de 1811 à 1812, puis à Spandau, de 1812 à 1818, jusqu’à sa mort après avoir perdu ses deux maris Jacob Sonnfeld (1795-1796) et Johann ­Christian Müller (1800-1802) ?

[ NCRIL17 : Ainsi donc, sans aucune preuve autre que l’apparence d’une correspondance du nom Naundorf et de la date de naissance  – à 1 mois près – entre le 15 février 1775 à Weimar et le 15 janvier 1775 à Halle, et après avoir simplement affirmé  » il est clair qu’il s’est attribué les papiers de Wilhelm Naundorf  ( décédé peu de temps après et donc dans l’impossibilité de contester cette substitution d’identité ) on passe de Karl-Wilhelm Naundorf à Wilhelm Naundorff, originaire de Halle, fils de Gottfried Naundorf et de Sophia Günter ! N’est-ce pas ce qu’on appelle en science un  » biais d’observation  ou de confusion  » qui ruine le crédit à accorder à toute conclusion tirée de la méthode mise en oeuvre ? Et s’il n’y avait pour nous l’enjeu d’en finir avec cette énigme Naundorf, nous pourrions arrêter ici, à cet instant précis, notre étude critique de l’argumentation de G de Manteyer, en raison de cette rupture de traçabilité historique.

Aussi soulignerons-nous que cette faille logique ouvre aussitôt la voie à l’hypothèse radicalement opposée, avancée par Mme Lescaroux et le professeur Gérard Lucotte, selon laquelle Karl Wilhelm Naundorf n’a jamais changé d’identité de 1810 au 18 avril 1825 ! Et pour que la pertinence de cette hypothèse soit établie et devienne une certitude, il conviendra donc de vérifier en temps et heure toutes les pièces justificatives correspondantes !

Mais restons, pour l’instant, dans l’étude de la thèse de G de Manteyer en observant, pour étayer nos dires que la consultation des archives numérisées de Thüringe et de Saxe, aujourd’hui accessibles grâce à Internet, nous apporte la certitude que le nom de  Naundorf était répandu à la fin du XVIII ème siècle dans ces provinces proches de la Prusse ! Et pour être aussi précis que possible, si nous admettons que Karl-Wilhelm Naundorf a pu mentir sur sa date et son lieu de naissance, qu’est-ce qui interdit de penser qu’il est né ailleurs qu’à Weimar ou à Halle, à une autre date que le 15 février 1775, et qu’il n’existe de ce fait aucun lien entre lui et Wilhelm Naundorf, dont G de Manteyer prétend qu’il s’est attribué les papiers, évènement virtuel qui n’est pas sans rappeler des faits tout aussi imaginaires inventés par les naundorfistes, à l’ombre ou à la faveur des bouleversements politiques et militaires de cette époque ! … Et c’est d’ailleurs, très probablement, pour répondre à une telle objection non formulée de manière explicite dans son livre, que G de Manteyer va développer un ensemble d’hypothèses, pour répondre aux questions qu’il a dû se poser et que nous étudierons un peu plus loin. Mais retrouvons le fil de l’argumentation de G de Manteyer où on lit : ]

 » Quel est donc le soi-disant Carl-Wilhelm Naundorff, originaire de Halle, fils de Gottfried, avec lequel Johanna Hassert vit ainsi à Berlin, de 1811 à 1812, puis à Spandau, de 1812 à 1818, jusqu’à sa mort après avoir perdu ses deux maris Jacob Sonnfeld (1795-1796) et Johann ­Christian Müller (1800-1802) ? 

Quand Jacob Sonnfeld abandonne sa femme, celle-ci ne tarde pas à quitter la maison n° 600 où elle venait de vivre quelques mois avec ce mari volage, si lent à épouser, si prompt à disparaître. C’était en 1796, au plus tard : elle avait vingt-deux ans et elle trouve de suite un conso­lateur, âgé de dix-neuf ans, avec qui elle va se fixer dans la maison  n°647.

Ce jeune consolateur était encore un soldat. Le 16 août 1797, elle en eut un fils Carl-Christian-Gottlieb, baptisé le 18 par le pasteur militaire du très louable régiment d’infanterie de Thadden avec l’assistance de son propre père, le sous-officier Gottlieb Hassert, de Christian Hauschild et de Maria Huch. Elle en eut encore, le premier novembre 1798, unc fille Johanne-Maria, baptisée le 5 novembre par le même pasteur avec l’assistance de Johanne Tôner, du soldat Johann Rosenfehl et de Maria Haller. Cette fille mourut le 27 novembre 1799, âgée d’un an et trois semaines; on l’inhuma le 3o en passant par l’église Saint-Maurice. Mais le fils vécut et c’est ce fils, Carl-Christian-Gottlieb, que Johanna Hassert laissera à son soi-disant époux Carl-Wilhelm Naundorff, le 15 septembre 1918, en mourant à Spandau. » 

Georges de Manteyer ayant présenté un impressionnant stock de pièces justificatives, il convient maintenant d’examiner leur correspondance avec chacun des éléments de sa démonstration ci-dessus !

Esquisse d’un modèle de résolution de l’énigme Naundorf (5)

Voici un premier inventaire des pièces directement liées à Karl-Wilhelm Naundorf, selon l’argumentation de Georges de Manteyer déjà citée, avec les justificatifs présentés en annexes :

25 janvier 1774 – Halle sur la Saale : Baptême de Johanna-Christiana Hassert

19 janvier 1775 – Halle : Baptême de Johan- Wilhelm Nauendorff, né le 15 

16 août 1781 – Halle : acte d’inhumation de Johan-Wilhelm Nauendorff, décédé le 14

24 avril 1812 – Berlin : nomination de M P-L Le Coq, Président de gouvernement et de police de Berlin 

2 novembre 1812 – Berlin : certificat de bonne conduite délivré à Karl-Wilhelm Nauendorff par Le Coq

2 novembre 1812 – Berlin : lettre d’envoi du certificat susdit au magistrat de Spandau 

25 nov 1812 – Spandau : comparution de KWN avec johann-Christian-Samuel Berckmann à l’Hotel de ville de Spandau pour demander l’obtention du droit de bourgeoisie 

8 décembre 1812 – Spandau : prestation de serment des 2 susdits 

8 décembre 1812 – Spandau : lettres de bourgeoisie accordées à KWN

18 sept 1818 – Spandau : inhumation de Hanne Hassert épouse légitime de Karl-Wilhelm Naundorff 

1,8 et 15 nov 1818 – Rathenow : publication des bans de mariage à Spandau de KWN avec Johanna-Friederike Einert 

19 nov 1818 – Spandau : mariage de Karl-Wilhelm Naundorff, fils de feu Gottfried Naundorff, âgé de 45 ans avec Mlle Johanna-Friederike Einert 

19 sept 1819 – Spandau : baptême de Johanna-Amalie, fille des susdits

19 août 1821 – Spandau : baptême de Carl-Edouard, fils des susdits

5 février 1822 – Spandau ; requête de KWN demandant un certificat de bonne conduite => Brandebourg

5 février 1822 – Spandau : certificat de bonen conduite accordé à KWN

26 février1822 – Brandebourg : autorisation accordée à KWN des droits de bourgeoisie ( 2 pièces)

23 nov 1823 – Brandebourg : baptême de Berta-Juliana, fille de KWN et de dame Einert

28 janvier 1824 – Berlin : rescrit du Roi de Prusse à Naundorf en réponse à une demande de privilège (???)

24 mars 1824 – Brandebourg : incendie du théâtre

28 juin 1824 : Berlin : supplique de KWN pour emprunter 600 thalers, avec refus en 3 mots

18 sept 1824 : Brandebourg : déposition de KWN

18 sept 1824 : Brandebourg : rapport de Kureck suite à arrestation de KWN

23 oct 1824 : Brandebourg : déposition de Carl-Wilhelm Naundorff devant le tribunal ( « Ich bin aus Weimar gebürtig …/… «  )    [ Voir Esquisse d’un modèle de résolution de l’énigme Naundorf (4) ]

…/… A suivre ( peut-être ) …/… 

Esquisse d’un modèle de résolution de l’énigme Naundorf (4)

Entreprenons maintenant la dissection de l’argumentaire de Georges de Manteyer, ligne après ligne, mot après mot ! 

========

 » Si l’on rapproche ces déclarations de 1810 faites par l’inconnu en arrivant à Berlin avec son témoignage du 22 décembre 1824, il est clair qu’il s’est attribué alors les papiers de Wilhelm Naundorff, [*1*] né, non pas le 15 février, mais le 15 janvier 1775, à Halle, fils du bonnetier Gottfried Naundorff et dc Sophia Günter. Les noms et les prénoms concordent l’erreur d’un mois dans sa mémoire est peu de chose pour la naissance de ce Wilhelm cinquante ans après. La draperie et la bonneterie sont des métiers analogues.

De 1810 au 18 avril 1825, l’inconnu se disant Carl-Wilhelm Naundorff soutient donc être ce Wilhelm Naundorff, né le 15 janvier 1775, mais il substitue Weimar à Halle pour voiler son origine exacte.

Cependant, ce Wilhelm Naundorff, né le 15 janvier 1775 ne s’appelait pas Carl-Wilhelm: il s’appelait Johann-Wilhelm. Au surplus, il était mort dès le 14 août 1781, âgé de 6 ans 7 mois 2 jours et, ainsi, il ne pouvait protester.

L’inconnu, originaire de Halle, a donc trompé la police en 1810 en prenant ce nom et même cette profession, puisqu’il était horloger.

===========

[ *1* ] Georges de Manteyer affirme donc sans aucune preuve et sous forme de postulat ( qui ne dit pas son nom ) que celui qui est, selon notre modèle d’aujourd’hui, Karl-Wilhelm Naundorf, arrêté par la police de Prusse le 18 septembre 1824, inculpé le 23 octobre 1824, déclarant le 22 décembre 1824 être né le 15 février 1775 à Weimar, et qui a commencé à prétendre être le fils de Louis XVI et de la Reine Marie-Antoinette APRES le 18 avril 1825,  n’était pas en réalité Karl-Wilhelm Naundorf, mais un autre Naundorf,  inconnu comme lui, puisqu’il  est écrit «  il est clair qu’il s’est attribué alors les papiers de Wilhelm Naundorff, [*1*] » !

Cliquer successivement 3 fois pour lire le texte des images extraites du livre de Georges de Manteyer, correspondant aux divers évènements répertoriés ci-dessus.  

1824-1

 

1824-2

1824-3

1824-4

 

 

 

 

 

 

 

1775-1-jwn

 

 

1781-jwnCela étant posé, notre futur prétendant à l’identité de Louis XVII n’étant, ni pour les naundorfistes, ni pour Georges de Manteyer, Karl-Wilhelm Naundorf né à Weimar le 15 février 1775, Georges de Manteyer va chercher quelle peut être sa véritable identité pour conclure, ainsi que nous le verrons plus ploin, par l’identifier à Carl Werg ! …

Dès lors, nous comprenons pourquoi la thèse de Georges de Manteyer n’a pas pu résoudre définitivement l’énigme Naundorf au regard de la critique historique du XX ème siècle, malgré son impressionant stock d’archives de Prusse et n’a emporté l’adhésion que de ceux qui cherchaient des raisons de rejeter la candidature de Karl-Wilhelm Naundorf à l’identité de Louis XVII ! 

Or il existe une première et grave objection à la thèse de G de Manteyer, fondée sur la documentation qu’il a pu rassembler avec le concours de celui qui en a assuré la transcription intégrale …  

Georges de Manteyer présente en effet, diverses pièces relatives à la vie de Karl-Wilhelm Naundorf, avant son arrestation par la police de Prusse pour la période du 2 novembre 1812 au 18 septembre 1824 : certificat de bonne conduite délivré par Le Coq pour le temps pendant lequel il a habité Berlin, documents divers liés à sa demande de lettres de bourgeoisie,  mariage avec Johanna-Friederik Einert, le 19 novembre 1818, … et supplique à son très gracieux Roi de Prusse pour emprunter  600 thalers pendant 6 mois, et une déposition dans la journée du 18 septembre 1824, avant son arrestation à 10 h du soir de cette journée … ).

A la lecture de ces douments et compte tenu du contexte politique et militaire de la Prusse, durant cette période, on ne discerne aucune raison logique prégnante qui aurait pu obliger Karl-Wilhelm Naundorf à s’attribuer une identité qui n’aurait pas été la sienne et à prendre celle de Johann-Wilhelm Naundorf, mort le 14 août 1781, à l’âge de 6 ans 7 mois 2 jours! …

On se bornera à rappeler par exemple que pour Me Jules Favre, c’est l’occupation en 1806 de Berlin, par les troupes de Napoléon, qui auraient obligé Louis XVII a emprunter l’identité de Karl-Wilhelm Naundorf …

Par contre on peut relever divers détails qui n’obligent en rien à accepter les hypothèses avancées par Georges de Manteyer, pour pallier à l’absence de traçabilité historique flagrante dans son argumentation relative au suivi administratif de Karl-Wilhelm Naundorf  ! 

1 / Que Naundorf, pour des raisons totalement étrangères à sa prétention d’identité avec Louis XVII, ait menti àBrandebourg, le 23 octobre 1824, en déclarant être né le 15 février 1775 à – ou près de (?) – Weimar, on peut facilement l’admettre ; mais pourquoi aller chercher une identité de substitution à Halle ?  Pourquoi pas dans d’autres villes ou villages de Thüringe ou à Altenburg par exemple, tout aussi éloigné de Weimar que Halle et où on peut facilement trouver la trace du nom Naundorf ?  ( Voir par exemple  Die Bürgerbücher der Stadt Altenburg in Thüringen 1700–1838)

. 

Dans l’immédiat, si nous ne pouvons que constater l’absence de tout document certifiant la naissance de Karl-Wilhelm Naundorf à Weimar ou à Halle, le 15 février 1775, il n’en demeure pas moins que rien ne nous oblige à conclure que tel n’était pas son nom, d’autant plus que nous ignorons quasiment tout des conditions réelles dans lesquelles Georges de Manteyer a pu faire son enquête, avant la guerre de 1914/1918 et dans les années qui ont suivi ! 

Mais quoi qu’il en soit, la très riche documentation que G de Manteyer a pu rassembler, n’est pas sans nous offrir de précieuses informations que nous allons étudier en poursuivant l’analyse de sa thèse.