De la tête d’Henri IV au coeur de Louis XVII …(4)

Nous livrons à la réflexion des experts les lignes ci-dessous  extraites de  » Les tombes royales de saint Denis ; histoire et nomenclature  » 

 En effet peut-être est-il possible d’en tirer quelques enseignements précieux au sujet de la question de l’embaumement du corps du premier Dauphin ?

Dans la longue liste du récit des horribles profanations des tombeaux royaux, on lit pp 106-107 : 

«  Louis-Joseph-Xavier, dauphin, fils de Louis XVI, mort à Meudon le 4 juin 1789, âgé de 7 ans 7 mois et 13 jours.

Suite du mercredi 16 octobre 1793.

«  Vers les deux heures (1), avant le dîner des ouvriers, on enleva le cercueil de Louis XV, mort le 10 mai 1774, âgé de 64 ans ; il était à l’entrée du caveau, sur les marches, un peu de côté à main droite en entrant, dans une espèce de niche pratiquée dans l’épaisseur du mur ; c’était que restait déposé le corps du dernier roi mort. On ne l’ouvrit, par précaution, que dans le cimetière, sur le bord de la fosse ; cecorps, retiré du cercueil de plomb, bien enveloppé de langes et de bandelettes, était tout entier, frais et bien conservé ; la peau était blanche, le nez violet et les fesses rouges comme celles d’un enfant nouveau-né, et nageant dans une eau abondante formée par la dissolution du sel marin dont on l’avait enduit, n’ayant pas été embaumé suivant l’usage ordinaire. On jeta de suite le corps dans la fosse, l’on venait de préparer un lit de chaux vive, puis on le couvrit d’une couche de la même chaux et de terre par-dessus.

[ ( 1) C’était ce jour-là même, et presqu’à la même heure, que l’infortunée reine Marie-Antoinette montait sur l’échafaud.]

Nota. Les entrailles des princes et princesses
étaient aussi dans ce caveau, dans des seaux de plomb
déposés sous les tréteaux de fer qui portaient les cercueils. On les porta dans le cimetière, et on en retira les entrailles, qu’on jeta dans la fosse commune avec les cadavres ; les seaux de plomb furent mis de côté pour être portés, comme tout le reste, à la fonderie  qu’on venait d’établir dans le cimetière même , pour
fondre le plomb à mesure que l’on en découvrait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *