De la traçabilité historique du ” coeur Louis XVII – Pelletan ” …(21)

Afin d’optimiser au mieux l’emploi de notre temps, nous croyons opportun de suspendre nos recherches des preuves des affirmations avancées par Witkowski que nous ne considèrerons désormais qu’à titre d’hypothèse en faisant les remarques suivantes :

1 / La collection du « Moniteur Médical »  est très incomplète et n’est qu’un journal d’étudiants en médecine ! Or on sait à quelles facéties peut se livrer cette population très spécifique ! Et si les propos prêtés à Eugène Pelletan n’était qu’une farce de potache que la disparition rapide du  » Moniteur Médical   » n’aurait pas permis de rectifier ou de corriger ?…

2  / A vrai dire nous ne nous permettrions pas une telle hypothèse, si le témoignage d’Ernest Daudet confirmant les propos tenus par Eugène Pelletan au Dr Labonne qui les rapporte à Witkowski, avait été daté ! Or leur publication dans un livre paru en 1920  n’a rien d’extraordinaire en soi, compte tenu de la remise d’un autre coeur Louis XVII à don Carlos en 1895 ! … 

3 / Le caractère a priori invraisemblable du parcours du coeur  » L17-PP »  »  Pierre Pelletan => Eugène Pelletan => Frohsdorf  » nous préférons pour l’instant nous en tenir là  et ne garder ces informations qu’à titre d’hypothèse à valider ou à détruire, en l’absence de tout autre indice que le livre de Witkowski, nos recherches tous azimuts  étant pour l’instant restées vaines …

Nous allons donc poursuivre nos réflexions et nos investigations dans ce dossier mais en « l’attaquant » sous un autre angle … non sans avoir au préalable lancé un appel pressant à tout descendant des  familles Pelletan, Labonne et Witkowski de bien vouloir nous communiquer tout témoignage qui serait utile à la manifestation de la vérité, puissance des moteurs de recherches sur Internet oblige !…

En résumé, l’hypothèse que nous conservons est la suivante, heuristique Louis XVII oblige ! 

Le Dr Pierre Pelletan aurait récupéré, lors de l’émeute de juillet 1830, « le coeur Louis XVII » prélevé par son père le 9 juin 1795, et après avoir essayé en vain de le remettre  à la duchesse d’Angoulême, lors de son exil à Holyrod, aurait remis ce viscère à Eugène Pelletan durant la période 1832 – 1845.

Eugène Pelletan qui l’aurait directement reçu du Dr Pierre Pelletan l’aurait montré au Dr Labonne en 1872 et l’aurait remis au comte de Chambord entre 1872 et le 24/08/1883 ; le comte de Bardi en 1885  ( source Witkowski-Dr Labonne ) et l’historien Ernest Daudet à une date antérieure à 1920 ( source Witkowski ) auraient attesté cette remise, qui serait confirmée par ailleurs,  mais sans aucune précision par la lettre du père Bole du 17 octobre 1885 ! … 

Aujourd’hui l’alternative est très simple :

si ce coeur n’a pas disparu entre le 24/08/1883 et maintenant, ou bien ce coeur est conservé dans un lieu qui nous est inconnu, ou bien il est inhumé à saint-Denis depuis le 8 juin 2004 sous le nom de Louis XVII ! …

3 réflexions au sujet de « De la traçabilité historique du ” coeur Louis XVII – Pelletan ” …(21) »

  1. Je m’étais fait la même réflexion que vous sur la confirmation d’Ernest Daudet. Si il l’a fait après 1895, il y avait effectivement un coeur à Frohsdorf donc il ne risquait pas de se tromper en affirmant que le coeur avait été remis au Comte de Chambord, mais de quel coeur parlait il ?

  2. Plus je cherche et plus je doute quant au fait qu’Ernest Daudet ait pu confirmer l’arrivée d’un coeur à Frohsdorf avant 1895. En effet en tant que journaliste et historien il a écrit de nombreux articles dans le journal du Figaro dont un certain nombre sur le thème de Louis XVII et notament sur Naundorff. Et pourtant je n’ai pas trouvé d’article de la part d’Ernest Daudet, avant 1895 et même juste après 1895, au sujet d’un coeur Louis XVII dans le journal Figaro.

  3. Merci de nous faire partager votre doute !
    Avant de suspendre provisoirement mes recherches sur cette piste, une dernière remarque :
    D’après la notice de la BNF c’est en 1890 qu’a commencé la publication de la 1 ère série du Moniteur Médical ***

    Même en admettant l’hypothèse Witkowski ( 1920 ) et dans l’impossibilité où nous sommes actuellement de vérifier quoi que ce soit, il n’est pas interdit d’imaginer qu’il peut y avoir une erreur de date et qu’Eugène Pelletan n’aurait pas montré le coeur de « Louis XVII » au Dr Labonne en 1872 mais en 1882 ( par exemple ) ou une autre année, en cas de coquille d’imprimerie ! …

    D’où nos réflexions à suivre …
    ***
    Titre(s) : Le Moniteur médical [”puis” et la Cote automobile…]. Journal des étudiants en médecine et des praticiens [Texte imprimé]
    Numérotation : mars 1890 [I, n° 1]-[…]. oct. 1895 [2e s. I, n° 1]-mai 1906. juin-déc. 1906 (n. s. n° 1-14). 1907-[…]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *