De la traçabilité historique du coeur Louis XVII – Pelletan (30)

 Trousset couv1

  C’est avec la plus vive reconnaissance que nous publions ce point de vue de Me Hugues Trousset, qui va nous obliger à revenir sur un  chantier toujours ouvert …

======

S’agissant de la controverse  sur la coexistence du coeur du premier Dauphin  et de celui du présumé Louis XVII auprès de Mgr de Quélen, à l’archevêché de Paris, il est  possible comme l’a fait notamment Philippe Delorme mais pas seulement, de la contester. 

C’est vrai qu’il est étonnant qu’il n’y ait pas eu trace d’un quelconque reçu même sur fond des pillages ultérieurs de 1830 ou  qu’il n’y ait pas eu une déclaration  de Mgr de Quelen à ce sujet.

Pourtant, nous savons bien que Pelletan a remis en mai 1828, un coeur dit de Louis XVII  dans un vase de cristal à Mgr de Quélen  qui en signera une décharge à son épouse, le 23 mai 1828.

 L’historien Pierre Sébastien Laurentie évoque dans son ouvrage édité en 1845,  » Histoire de France: divisée par époques depuis les origines gauloises jusqu’aux temps présents » ceci:

 » Quant aux restes de l’enfant ( Louis XVII ) j’ai su de la bouche de Mgr de Quélen le vénéré et toujours regretté pontife que tout n’avait pas disparu.

Le coeur avait été conservé par le docteur Pelletan dans une boite de plomb scellée de son sceau et cette relique avait été remise vers 1821 à M de Quélen, alors coadjuteur de Paris. En 1830 cette boite fut jetée dans la Seine par les démolisseurs de l’archevêché. »

 Mgr de Quélen ne pouvait cependant pas avoir reçu successivement deux coeurs dits de Louis XVII, de la part de Pelletan.

Il y a eu confusion.

 Mgr de Quélen alors coadjuteur aura reçu vers 1821, c’est à dire pas si longtemps  après  le dernier signalement du coeur du premier Dauphin  en 1817 à la mairie du XII ème arrondissement, ledit coeur du premier Dauphin.

 Mgr de Quélen archevêque de Paris, a reçu le coeur dit de Louis XVII, le 23 mai 1828.

Le constat de Maurice Pascal dans le Littoral de la  Somme du 16 novembre 1895 quant à la coexistence des deux coeurs auprès de l’archevêque avait été déjà confirmé par les faits suivants:

A l’archevêché, Gabriel Pelletan avait retrouvé le coeur du présumé Louis XVII avec les débris de l’urne de cristal en août 1830.

Philippe Pelletan, avait retrouvé le coeur du premier Dauphin et sa boite de plomb, en  juillet 1830.

Me Hugues Trousset 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *