De l’absence des  » descendants du Temple  » dans l’Histoire de France depuis le 8 juin 1795 … (2) [ Add 11 h 50 ]

Poursuivons notre réflexion, parce qu’il ne peut pas y avoir de prescription en Histoire ! En résumé, si nous avons rejeté l’hypothèse n°1 de catoneo, selon laquelle les descendants du Temple n’existent pas, nous avons retenu la formulation «  1. Ils ont existé jusqu’au  JJ/MM/AAAA. »  en raison de notre certitude acquise au sujet de l’exfiltration de Louis XVII du Temple. 
Des 4 sous-hypothèses que nous avons ensuite déclinées sur les circonstances de cet évènement que nous considérons comme étant certain,
nous ne conserverons pour l’instant que les 
 2 occurrences qui nous semblent les plus probables ; selon les règles de notre heuristique nous n’étudierions les 2 autres que dans l’hypothèse où celles ci-dessous se révèleraient absurdes ou contredites par un fait ou un document irréfragable : 
1.1 exfiltration de Louis XVII au soir du 3 juillet 1793 ;
1.2 exfiltration de Louis XVII durant la période du 21 août 1793 à la nuit du 2 au 3 septembre 1793.
Mais pour tenter d’établir la date à laquelle les « descendants du Temple » auraient cessé d’exister, qui va constituer le fil conducteur de toute notre réflexion, il convient tout d’abord d’expliquer pourquoi et comment il n’existe à ce jour aucune certitude sur l’existence et la vie de Louis XVII, hors du Temple.
Catoneo a suggéré l’idée que nous retenons que Louis XVII, parvenu à l’âge adulte, aurait obéi à la prière de son père lui demandant de ne pas chercher à devenir roi de France ; à cette motivation on pourrait ajouter, nous semble-t-il, l’hypothèse que Louis XVII, sommé dans un premier temps de ne pas chercher à venger la mort de son père, et ensuite celles de sa mère et de sa tante, n’ait guère eu le désir de revenir en France, si – comme on peut le penser – il en a été un moment très éloigné, pour sa propre sécurité ou par suite d’un marchandage ou d’un accord entre ceux qui ont pu disposer un moment de son destin !
Mais est-il sûr et certain que Louis XVII n’ait pas cherché à revenir en France ?
Et, à peine avons-nous commencé notre réflexion, nous voici confronté à trois énigmes étroitement liées à la question même de la présence de Louis XVII en France : 
* énigme de Vincennes du 20 mars 1804 ; 
* audience de Martin de Gallardon par Louis XVIII le 2 avril 1816
* énigme de Versailles de mai-juin 1816. 
 Ainsi que vous le savez, amis lecteurs, nous n’avons fait qu’évoquer ces dossiers dans nos précédents forums, sans avoir pu les étudier de manière approfondie, en raison de notre priorité absolue du moment qui était alors de parvenir à résoudre l’énigme du cimetière Sainte-Marguerite ou tout au moins de conclure par une certitude, dans un sens ou dans un autre. 
C’est maintenant chose faite avec notre livre Louis XVII Autopsie d’une fausse vérité ( pour nos nouveaux lecteurs )  ; nous pouvons donc nous attacher à l’étude approfondie de ces affaires, dont l’une a provoqué l’article qui, par un effet domino, est à l’origine de toute notre réflexion : 
2017-78. Où, à propos de la messe en sol majeur de Cherubini pour le Sacre de Louis XVIII, le Maître-Chat rétablit quelques vérités au sujet de ce Roi Très Chrétien.
Et nous pouvons d’autant mieux le faire, que grâce à Renée Lescaroux, la recherche historique sur la question Louis XVII est désormais libérée de la très lourde hypothèque Naundorf. 
Et en temps et heure, nous nous attacherons à l’étude d’un quatrième dossier : celui des deux audiences accordées, avant et après la catastrophe de la guerre de 1870-1871, par le Comte de Chambord à Maximin Giraud, le voyant de La Salette. 
Dès lors, s’il s’avérait un jour que l’étude de tous ces évènements attestait l’existence de Louis XVII ou de sa descendance jusqu’en 1873, année de la célèbre déclaration du Comte de Chambord, n’aurions-nous pas un commencement de résolution de l’énigme Louis XVII et une explication de l’absence des  » descendants du Temple  » dans l’histoire de France de 1795 à 1873 ? Et quels riches enseignements ne serions-nous pas invité à en tirer !  

…/… A suivre, mais dans un délai qu’il ne nous est pas possible de préciser pour l’instant.
S’il est vrai que la résolution de la plus fascinante énigme de l’Histoire de France peut avoir un impact sur le destin de la France, selon l’intuition de tous ceux qui, depuis plus de deux siècles, ont cherché la vérité en toute bonne foi, c’est avec la plus grande reconnaissance  que nous ferions état des recherches des internautes qui souhaiteraient nous apporter leur concours.
Nous avons en effet une seconde certitude, dans cette Affaire Louis XVII : en raison de sa complexité extrême, sa résolution échappe aux compétences d’un seul chercheur et ne pourra être que le fruit d’un travail collectif conduit avec la rigueur intellectuelle exigée par l’enjeu. 

PS :  merci de noter que nous devons nous familiariser avec le logiciel de notre site pour pouvoir en exploiter toutes les fonctionnalités de manière optimale, en commençant par restructurer l’ensemble des données, que nous avons importées de notre précédent site cril17.org ; et nous réfléchissons à un niveau supérieur de communication sur Internet, grâce aux moyens spécifiques proposés par notre hébergeur, pour être présent sur l’ensemble des réseaux sociaux.  

=====

ADDENDUM 11 h 50  Macron trop fort, à New-york, pour ne pas être mis à l’honneur ! « c’estquiquiestabsentdel’histoiredeFranceetquiestsortidel’histoiredesnations? »
«Sortir de l’Etat de droit» : le lapsus de Macron en marge de l’ONU
Et pendant ce temps à Paris : 
« Trèschicettrèschoclacomdenosgénéraux ! » 
L’expression des militaires menacée : la tribune-choc de 11 généraux

Une réflexion au sujet de « De l’absence des  » descendants du Temple  » dans l’Histoire de France depuis le 8 juin 1795 … (2) [ Add 11 h 50 ] »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *