Fête de la Pentecôte 2018

Afficher l’image sourceAprès le scandale d’ordre apocalyptique des  » vœux de bon ramadan » , publiés à Rome et dans l’Eglise qui est en France, qui ouvrent les portes de l’Enfer sur nous, comment l’Esprit Saint  pourra-t-il  descendre aujourd’hui sur l’Eglise qui rejette les demandes de Celle qui en est le Vase Très Saint et l’Epouse ? 

A Chartres peut-être ? Qui vivra verra ! 

Retransmission de la Messe de clôture du Pèlerinage de Pentecôte à Chartres

5 thoughts on “Fête de la Pentecôte 2018”

  1. Cher Charles,
    l’Eglise (avec un grand « E ») est Une , et SAinte!
    elle ne peut etre sourde à la voix du Saint Esprit, puisqu’elle ne fait qu’un avec le Christ!

    Par consequent, celle qui est une prostituée, ne peut etre l’Epouse, car l’Epouse est sainte! elle ne peut qu’etre l’astre mort qui eclipse l’Unique Sainte Eglise, ce que Notre Dame a prophétisé à la Salette: « L’Eglise sera eclipsée » et aussi « Rome perdra la Foi et devien,dra le siege de l’antechrist »….

  2. Grâce et paix dans le Seigneur aux hommes bonne volonté.
    Comme tout au long de mes interventions sur l’énigme Louis XVII depuis 2007 où je dépensais toute mon énergie envers tous mes contradicteurs pour affirmer par multiples preuves que Naundorff n’était pas Louis XVII (l’ADN ayant prouvé depuis mes affirmations), je profite aujourd’hui de l’occasion qui m’est donnée de m’exprimer sur la question religieuse (hors Louis XVII). Oui il est vraiment effarant et scandaleux, (mais mon opinion est faite depuis longtemps de quitter cette religion d’homme qui a dévié et falsifié les enseignements de Dieu et Jésus dès le 3ème siècle « sortez du milieu d’elle mon peuple » Apocalypse 18 :4) cette prise de position par l’Eglise catholique nominale(qui est la Babylone : système ecclésiastique qui doit être détruit)au sujet de ces paroles du Pape et évêques de France formulant des vœux de bon ramadan. C’est vraiment ne plus croire en la Bible et en Jésus de soutenir l’un des enseignements du Coran.
    Cependant je vais exprimer mon désaccord total avec la trinité qui elle aussi a été fomenté par Satan.
    Le mot Trinité ne se trouve pas dans la Bible. Nous ne trouvons le mot Trinité nulle part dans les Ecritures. Il est composé de deux mots latins – tres, qui veut dire trois, et unitas, qui veut dire unité, l’idée renfermée étant trois en unité, ou trois en un. L’idée actuellement exprimée par le mot Trinité est que trois dieux font un Dieu ce qui signifierait illogiquement 3 x 1= 1, et non pas 3, bien que les défenseurs de la Trinité ne s’exprimeraient pas ainsi. Ils déclarent plutôt que trois personnes sont un Dieu, qu’il y a trois personnes, le Père, le Fils, et le saint Esprit, en un Dieu, toutes de la même substance – coégaux, coexistants, coéternels. Un premier élément parmi des quantités d’autres que je peux citer est que l’on peut réfuter aisément cette affirmation de l’Eglise catholique est que le fils est Dieu (Yahvé) puisque que dans Hébreux 1 :2 nous pouvons lire que « (le Fils) étant le resplendissement de sa gloire et l’empreinte de sa substance » Une empreinte de substance n’est pas la substance même. Jésus dit lui-même « Mon Père est plus grand que moi »(Luc 9 :35) Donc il n’est pas l’égal de Dieu. Jésus après son séjour sur terre a eu la nature divine. Mais dans la nature divine il y a plusieurs échelons et Jésus a une nature divine inférieure à celle du Père (Yahvé)
    La Trinité est un enseignement païen
    On trouve la Trinité comme conception de Dieu dans toutes les anciennes religions païennes et pratiquement dans toutes les modernes :
    Ceci est vrai de la religion chinoise, dont l’empereur offrait annuellement un sacrifice à l’esprit de la trinité. Confucius dit: « Tao Dieu est par nature unique le premier engendra le second et les deux ensemble produisirent le troisième ; ces trois firent toutes choses « .
    La religion japonaise avait une divinité à trois têtes appelée Sao Pao Fuh.
    La trinité de l’Inde Trimurti, Brahma, Vishnou et Shiva, est adorée comme étant trois personnes, bien qu’à l’origine le principe divin Brahma était unique. L’un des écrits sacrés de cette religion déclare « La grande unité doit être reconnue distinctement comme étant trois dieux en une personne ». Nous lisons dans un de ses cantiques « Il y a trois déités mais il n’y qu’un seul Dieu et chef: la grande âme ».
    L’Oracle chaldéen déclare « L’Unité produisit la Dualité, qui demeure avec elle et brille d’une lumière intellectuelle c’est d’elles que provient la trinité ». Les noms de la trinité chaldéenne sont Anos, Illinos, et Aos.
    On trouve la trinité babylonienne dans les trois images dans le temple de Bélus ;
    la trinité phénicienne était Ulomus, Ulosuros et Elium
    celle des Egyptiens était Kneph ou Ammon, Phtah et Osiris.
    Celle des Grecs était Zeus, Poséidon et Adonis.
    Celle des Romains était Jupiter, Neptune et Pluton.[…] Par conséquent, nous voyons que, pratiquement, le Dieu suprême de toutes les religions païennes est une trinité.
    Cependant, l’idée que le Père et le Fils sont égaux fut en premier lieu niée par tous les croyants chrétiens. Les conducteurs et écrivains de l’Eglise tels qu’Irénée, Clément d’Alexandrie, Tertullien, Origène, Novatien, Arnobe, Eusèbe, etc., furent très explicites en affirmant que le Père céleste seul est le Dieu suprême et que Jésus est complètement soumis à l’autorité et à la volonté de Dieu. Les premiers pas vers l’erreur trinitaire dans l’Eglise sur la relation de Christ envers le Père commencèrent à être faits vers 230 ap. J-C. A partir de 262 environ ap. J-C., une grande controverse éclata dans l’Eglise sur le sujet et s’amplifia. En 318 ap. J.-C. la controverse arienne commença avec Anus qui éleva la Vérité sur le Père et le Fils comme étant des personnes et des êtres séparés, le Père étant plus grand et le Fils moins grand. Il rencontra l’opposition d’Athanase, qui affirmait que le Père et le Fils étaient deux personnes en un seul Etre, coégaux et coéternels.
    Constantin fut l’auteur de la Trinité L’empereur romain Constantin eut une vision et, en conséquence, il reconnut le christianisme comme étant la religion de son empire en 313 ap. J-C. Son influence dans les affaires ecclésiastiques s’accrut. Craignant que la controverse arienne-athanasienne, ainsi que la division qu’elle occasionnait, ne menacent l’unité de l’empire, il invita les mille évêques environ à venir à ses frais au Concile de Nicée. Seulement 384 vinrent, la majorité s’abstint de crainte d’être sous le contrôle de l’Evêque de Rome qui tenait aux vues trinitaires. Mais, malgré des mois de discussions, cet évêque ne put convaincre la majorité des 384 évêques à accepter la Trinité. Finalement, Constantin seul prit position sur la question en 325 ap. J.-C., et il fut décidé que le Credo de Nicée trinitaire serait la foi chrétienne et hérésie tout ce qui lui serait contraire. Anus, ainsi que d’autres évêques antitrinitaires, furent excommuniés et les antitrinitaires furent bannis de l’empire. Ainsi, Constantin, bien que n’étant ni ecclésiastique, ni baptisé,(donc n’étant pas guidé par le saint Esprit)régla la question et, par conséquent, il fut et est considéré par beaucoup comme l’auteur de la Trinité. Cependant, le trinitarisme ne fut pas complet avant le concile de Constantinople, en 381 ap. J.C. quand la personnalité et la déité du saint Esprit furent décrétées Au concile d’Ephèse, en 431 ap. J.C., et de Chalcédoine, en 450 ap. J.C., on soutenait que Jésus était une union des natures humaine et divine. Incidemment, ce dernier concile ajouta Marie comme supplément à la Trinité, déclarant qu’on devrait la recevoir et l’honorer comme Theotokos, « Mère de Dieu ».
    Il est évident que le Trinitarisme ne fut pas accepté à l’origine par le poids d’arguments en sa faveur mais par le pouvoir de l’empereur Constantin et de ses successeurs qui imposèrent la doctrine de la Trinité sur le monde chrétien, bannissant et dégradant ses opposants qui, incontestablement avaient la supériorité d’argumentation dans le débat sur la question. En premier lieu, la majorité du peuple chrétien fut du côté des opposants et se rendit compte que l’enseignement de la Trinité était étranger à la croyance qui prévalait depuis l’époque de Christ et des Apôtres ; mais elle dut s’incliner sous la puissance des empereurs qui obligeaient leurs sujets à accepter cette erreur. La controverse dura plusieurs siècles avant que les opposants à cette doctrine ne fussent contraints à abandonner. Les Trinitaires durent leur victoire aux armées, aux généraux et aux empereurs, ce qui montre encore que la doctrine ne fut pas propagée par l’Epée de l’Esprit Eph. 6:17, mais par l’épée de l’Empire romain.
    Sans plus d’examen, la doctrine de la Trinité devrait être considérée comme une doctrine erronée, et toute personne réfléchie devrait la rejeter totalement, même si elle n’était basée uniquement que sur les faits de ce que nous avons présenté jusqu’ici, à savoir : Le mot Trinité n’est trouvé nulle part dans la Bible comme nous pouvons le voir en consultant une concordance. Il n’apparaît même pas dans la littérature chrétienne avant le début du troisième siècle ap. J. C..
    Les trinitaires sont obligés d’admettre que la doctrine de la Trinité ne fut pas complètement forgée avant le quatrième siècle. Les Juifs, le peuple d’alliance de Dieu dans l’Ancien Testament et les gardiens de l’Ancien Testament Rom. 3 1, 2, n’ont jamais sou tenu un enseignement trinitaire quel qu’il soit ; il n’y a pas non plus d’allusion à cela dans le Talmud ou dans les autres écrits rabbiniques volumineux de l’Ancien Testament.
    Cependant, malgré toutes ces considérations, les trinitaires soutiennent que la Trinité est enseignée dans l’Ancien et dans le Nouveau Testament. Il se peut que, superficiellement, certains passages semblent favoriser leur enseignement, dans certains cas parce qu’ils ont été mal traduits par ceux qui soutenaient la doctrine de la Trinité ; mais quand on les comprend correctement, ces passages n’enseignent rien de la sorte. Puisque tous les points importants de doctrine et de pratique doivent être acceptés sur la base des Ecritures Es. 8:20 ; Actes 17:11; 1 Cor. 2:5; 1 Thess. 5:21; 1 Jean 4:1, en harmonie avec la raison sanctifiée et les faits Es. 1:18, nous allons examiner à présent les enseignements des Ecritures sur le sujet, y compris spécialement ceux qu’utilisent les trinitaires pour enseigner leur doctrine. Nous commencerons pour le moment à examiner quelques passages de la Bible sur beaucoup qui montrent qu’il n’y a qu’un seul Dieu suprême le Père (Yavhé)
    L’idée de la trinité
    Il est surprenant que l’idée d’un Dieu trinitaire – trois Dieux en un seul et en même temps un seul Dieu en trois personnes – ait pu être acceptée et qu’elle se soit répandue d’une manière aussi générale, quand l’Ecriture sainte est si claire et si explicite au sujet de la personnalité séparée et de la parenté exacte du Père et du Fils. Mais le fait que cette supposition a été acceptée d’une façon aussi générale, ne fait que prouver que l’Eglise dormait profondément pendant que l’ennemi Satan la liait avec les liens de l’erreur.
    Nous croyons en une trinité, en Yavhé et en Jésus et en l’Esprit saint: nous reconnaissons le fait que notre Seigneur Jésus est un dieu – un puissant – mais nous ne reconnaissons pas la théorie anti-biblique et déraisonnable que Jésus serait son propre père et créateur et nous rejetons (comme non conforme à l’enseignement de la Bible) la doctrine selon laquelle trois Dieux seraient réunis dans une seule personne et que le saint Esprit est une personne, ou bien un Dieu divisé on trois personnes.
    La doctrine de la Trinité, des Trois-Dieux, a pris naissance pendant le 3ème siècle et a une analogie frappante avec les doctrines païennes encore très répandues en ce temps-là et notamment avec la doctrine hindoue. Le seul passage de l’Ecriture qu’on veut citer, pour confirmer que le Père, le Fils et l’Esprit ne font qu’un seul Dieu, est une partie de 1 Jean 5:7, 8. Ce passage dit:
    « Car il y en a trois qui rendent témoignage (dans le ciel, le Père, la Parole et le Saint-Esprit et ces trois-là sont un. Il y en a aussi trois qui rendent témoignage sur la terre 😉 l’Esprit, l’eau et le sang et ces trois-là se rapportent à un ». – 1 Jean 5:7,8.
    Nous prétendons, le fait est incontestable et ne peut être réfuté, que les mots entre parenthèses) sont faux, qu’ils ont été interpolés dans le texte par les trinitaires au 5ème siècle, parce qu’il n’existait pas un seul passage pouvant soutenir leur théorie qui commençait à devenir populaire en ce temps-là; des trinitaires eux-mêmes admettent cette interpolation illégitime. Les nouvelles traductions de la Bible [Segond, Darby, Stapfer, Arnaud, etc.] ne contiennent plus ces mots; la version de Lausanne en fait remarquer l’omission dans les variantes. Toutes les nouvelles traductions anglaises et allemandes omettent de même ces mots. Pas même Luther n’a voulu traduire ces mots faux; ce n’est qu’après sa mort qu’on les a incorporés dans sa Bible. Même les Bibles catholiques ( du chanoine Crampon,, celle de Jérusalem,) ne contiennent pas ce passage entre parenthèses .
    La version anglaise, révisée, dit: « Ce texte, concernant les témoins célestes, ne se trouve dans aucun des manuscrits grecs qui ont été écrits avant le 5ème siècle », aucun des pères des églises grecque et latine en fait mention, même quand le sujet qu’ils traitaient les eût amenés d’une façon toute naturelle à se servir de ce texte pour appuyer leur dire, c’est pourquoi ce passage est faux, sans aucun doute possible. On remarquera qu’en omettant les mots soulignés, le sens de ce passage est très clair et qu’il se trouve en parfaite harmonie avec ce qui précède, ce qui ne serait pas le cas si ces mots étaient authentiques.
    Le Commentaire critique de Lange, parlant de ce passage falsifié (1 Jean 5:7), dit: « Ces mots manquent dans tous les textes grecs, ainsi que dans le texte sinaïticus [le plus ancien des manuscrits grecs connus] et dans toutes les anciennes versions, inclusivement les latines, postérieures au 8me siècle, â partir de là nous les trouvons en trois variantes. Malgré les controverses concernant la question trinitaire, ils ne sont cités par aucun père grec, ni par aucun des anciens pères ecclésiastiques latins. »
    Les traducteurs de la version commune anglaise(en 1611), par ex., n’avaient à leur disposition que 8 manuscrits grecs et parmi ceux-ci aucun qui fut antérieur au 10 ème siècle; pendant qu’aujourd’hui il en existe environ 700, dont deux qui datent du 3ème siècle — le Sinaïticus et le Vaticanus No. 1209.
    Toute personne de bonne volonté et étant honnête intellectuellement devrait ne plus croire en cette doctrine fausse que Satan a inculqué au genre humain. Pour ceux qui ne veulent pas croire à la véracité de la Bible et ne suivant que les dogmes de la Papauté, je leur donne rendez-vous à la résurrection des morts. Leur moment n’est pas encore venu afin que leurs yeux soient ouverts par le saint-Esprit de compréhension par manque de prières et de lecture de la Bible, ce livre merveilleux.
    Le Pape n’est pas le représentant de Dieu ou de Jésus sur terre. Dieu sait ceux qui font partie de la véritable Eglise. D’ailleurs on a les yeux ouverts quand on regarde la succession des Papes : une papesse Jeanne ayant eu un enfant, des papes Borghia pratiquant la fornication etc…Des papes vivant dans le luxe de Rome quand on voit que Jésus est né dans une étable. Un Pape qui a reçu Sarkozy comme chanoine de Latran etc…Le massacre de la Saint Barthélémy,l ’Inquisition.
    Chers amis que le Seigneur vous garde dans le droit chemin de la Vérité.

  3. Chers amis

    Merci pour vos interventions qui confirment- si besoin était – que nous sommes bien entrés dans le processus annoncé par les Apparitions et le message de Notre Dame de Fatima en 1917 ….
    Charles, fils de l’Eglise et miraculé de la Très Sainte Vierge Marie, Epouse du Saint Esprit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *