L'Enclos du Temple

En prévision du développement futur de tout ce qui peut étayer notre hypothèse survivantiste, il nous semble opportun de reprendre ici les 2 articles ci-dessous  relatifs à la Tour du Temple et à la Maison du Temple, d’où notre titre d’Enclos du Temple !

Et nous le faisons avec d’autant plus de plaisir que Wikipedia – que nous corrigerons ultérieurement en temps et heure – défend – fort légitimement – la thèse de la mort de Louis XVII au Temple le 8 juin 1795, en citant des sources documentaires dont nous avons déjà eu l’occasion de faire de multiples critiques …

Cela devrait permettre ainsi à tout nouveau lecteur de comprendre la force de la source documentaire que nous présenterons ensuite  » en  exclusivité mondiale  » , que nous avons brièvement évoquée  ICI, comme étant le fruit de nos réflexions échangées avec notre archiviste du Roi Louis XVII, après lecture de l’étude de Renée Lescaroux, parue dans le dernier compte rendu de réunion du CEHQL17

L’histoire de l’Enclos du Temple, qui nous intéresse plus particulièrement dans cette étude s’inscrit, comme chacun sait, dans le contexte de la Terreur auquel nous renvoyons nos lecteurs, avertis ou non …

===========================================

Tour du Temple

 

 

Vue de la Grosse Tour vers 1795.

La Tour du Temple et son enclos constituaient la Maison du Temple, ancienne forteresse parisienne située dans le 3e arrondissement de Paris, qui fut détruite en 1808.

Construite par les Templiers à partir de 1240, pendant le règne de saint Louis, elle devint par la suite une prison. Elle doit sa célébrité au fait qu’elle servit de geôle à la famille royale en 1792 et 1793.

 

Sommaire

Historique

Elle est construite en même temps que l’imposante forteresse intra-muros des Templiers, au Moyen Âge.

L’Enclos du Temple

voir la description dans l’article : Maison du Temple

Sous la Révolution

 

 

Plan du rez-de-chaussée de la grosse tour du Temple, en 1793
par Theodor Josef Hubert Hoffbauer.

Au-dessus du palais du grand prieur, on apercevait le puissant donjon des templiers et, sur la gauche, la tour de César et le clocher de la collégiale bâtie sur le modèle de l’église du Saint-Sépulcre de Jérusalem.

La Tour du Temple

La Grande Tour

Celle-ci se dressait à l’une des extrémités de l’ancien enclos (à la hauteur de l’actuelle mairie). La tour était une robuste bâtisse féodale, de quelque 50 mètres de hauteur, l’épaisseur des murs était en moyenne de 4 mètres, elle comprenait quatre étages, dont les voûtes en ogives retombaient sur un pilier central. Elle était flanquée de quatre fortes tourelles, dont l’une enfermait un escalier en colimaçon. La Grande Tour était inutilisée depuis des siècles lorsque l’entrepreneur Pierre-François Palloy fut chargé de son réaménagement. Il avait divisé chaque étage en plusieurs pièces avec des cloisons et des faux plafonds dissimulant la voûte très élevée. Ces cloisons étaient recouvertes de papiers peints. Sur la façade de la Grande Tour on avait accolé, à une date postérieure, la Petite Tour.

La Petite Tour

Accolée à la façade de la Grande Tour, la Petite Tour, dont la construction étroite était flanquée de deux tourelles, ne communiquait pas avec la Grande Tour : ce détail a son importance. Elle comportait un rez-de-chaussée et quatre étages. C’est dans cette petite tour que fut emprisonnée la famille royale du 13 août 1792, jusqu’au 26 septembre 1792 pour Louis XVI, et jusqu’au 26 octobre 1792 pour sa famille. Il convenait de rendre la Grande Tour habitable pour la famille royale.

Attributions des étages de la Petite Tour

 

Transfert de la famille royale au Temple le 26 octobre 1792.

Le 13 août 1792, les étages de la Petite Tour furent attribués comme suit :

  • Le premier étage fut attribué aux trois femmes de chambre : Mmes Bazire, Navarre, Thibaud.
  • Le second étage fut attribué à la reine et sa fille Marie-Thérèse de France. Elles couchaient dans l’ancienne chambre de Barthélémy (archiviste de l’ordre de Malte) qui avait été expulsé de son domicile par les agents de la Commune. Au même étage la princesse de Lamballe dormait dans l’antichambre sur un lit de sangle, Louise-Elisabeth de Croÿ de Tourzel et le dauphin partageaient la même chambre. Il y avait un cabinet de toilette et une garde-robe.
  • Le troisième étage fut attribué au roi. Le roi couchait seul dans un lit à baldaquin. Madame Élisabeth partageait sa chambre avec la jeune Pauline de Croy d’Havré, fille de la duchesse de Tourzel. Les valets François Hue et Chamilly couchaient dans un cabinet assez étroit, ouvrant sur l’antichambre. Cet étage était également doté d’un cabinet de toilette et d’une garde-robe. En outre, le roi disposait d’un cabinet de lecture aménagé dans l’une des tourelles.

Attribution des étages de la Grande Tour

 

Louis XVI à la Tour du Temple, par Jean-François Garneray.

La Commune de Paris en fait la prison de la famille royale dont elle s’était assuré la garde, après la journée insurrectionnelle du 10 août 1792.

Le 26 septembre 1792, Louis XVI est transféré dans la Grande Tour du Temple, suivi le 26 octobre de la même année par Marie-Antoinette d’Autriche et ses enfants.

Le rez-de-chaussée n’avait pas été transformé. Le conseil de surveillance du Temple s’y installa le 8 décembre 1792. Cette vaste pièce d’environ 60 mètres était meublée de quatre lits destinés aux commissaires, d’un bureau, d’un pupitre destiné à Jean-Baptiste Cléry, d’armoires, dont l’une renfermait les registres. C’est dans cette salle que les municipaux prenaient leurs repas en compagnie des officiers de la Garde Nationale en service au Temple.

Premier étage Il abritait le corps de garde, soit une quarantaine d’hommes qui couchaient sur des lits de camps. Comme le rez-de-chaussée, cette salle était restée en l’état. Des sonnettes reliaient le corps de gardes à la salle du conseil et aux appartements de la famille royale. Le même escalier en colimaçon desservait tous les étages.

Deuxième étage Il était affecté au roi. Un couloir coudé, barré de deux portes, l’une en fer, la seconde en chêne, donnait accès à l’escalier. Il comprenait quatre pièces. Chacune était éclairée par une fenêtre grillagée et en partie obstruée par un abat-jour en forme de hotte. Dans l’antichambre on avait affiché la Déclaration des droits de l’homme encadrée de tricolore. Cette pièce est en pierre de tailles et était meublée de quatre chaises, d’une table à écrire et d’une table à trictrac. Une cloison vitrée la séparait de la salle à manger. La chambre du roi était tapissée de jaune vif et communiquait avec l’antichambre avec une double porte à vantaux. On la laissait ouverte toute la journée pour faciliter la surveillance. Cette pièce était dotée d’une cheminée qui faisait face à la porte, surmontée d’une glace. Le lit du roi était placé contre la cloison. En prolongement du lit royal, le lit de sangle destiné au dauphin (futur Louis XVII). Les meubles de l’étage du roi provenaient du Palais du grand prieur de Malte. La tourelle servait d’oratoire. Auprès de la chambre du roi se trouvait la chambre de Jean-Baptiste Cléry. L’autre tourelle servait de garde-robe, la troisième tourelle de bûcher.

Troisième étage

 

 

Marie Antoinette, peinte à la Tour du Temple, attribuée à Kucharski.

Cet étage était réservé à la reine, à sa fille et à Madame Élisabeth. L’appartement avait la même superficie que celui du roi. Il n’en était pas l’exacte réplique. L’antichambre identique précédait la chambre de la reine, située au-dessus de celle du roi. elle avait également une double porte. Elle était meublée d’une table, d’un lit de repos et de chaises. La chambre de la reine était tapissée de papier-peint à fleur de couleur verte sur fond bleu, avait une porte à deux vantaux et possédait une cheminée. On avait placé le lit de Marie-Thérèse de France dans une encoignure ; ce n’était qu’une couchette. Il y avait aussi un canapé, une commode, un paravent et deux tables de nuit. Une tourelle servait de cabinet. La chambre obscure de Madame Élisabeth était située sous la chambre de Cléry, elle était pourvue d’une cheminée, d’un lit de fer, une commode, une table, deux fauteuils et deux chaises. À ce même étage les Tison couchaient au-dessus de la salle à manger du roi.

Quatrième étage

Il était inoccupé, il servait de grenier. Entre les créneaux et les pans de la haute toiture d’ardoise courait une galerie ou plutôt un chemin de ronde. Au début de son emprisonnement, la famille royale pouvait s’y promener ; pour cela, le conseil du Temple fit garnir les espaces entre les créneaux par des planches qui empêchaient les promeneurs d’être vus.

Ces précisions résultent des inventaires qui furent dressés le 25 octobre 1792 et le 19 janvier 1793.

Les commissaires, désignés chaque soir par l’Hôtel de ville, disposaient d’une chambre chacun et d’une salle de réunion.

Dans le bâtiment où s’ouvrait la grande porte de l’enclos et qui bordait la rue du Temple, se trouvaient les loges des concierges, l’économat et les cuisines. La troupe avait établi ses quartiers dans le palais du grand prieur. Elle comprenait un commandant général, un chef de légion, un sous-adjudant général, un adjudant-major, un porte-drapeau, vingt artilleurs servant deux canons, soit 287 hommes, en comptant les officiers subalternes, les sous-officiers et les simples soldats. Cette garde était désignée à tour de rôle par les 8 divisions composant la Garde Nationale de Paris.

Description de la Tour du Temple vue de l’extérieur

 

 

Portes de la Grosse Tour conservées au château de Vincennes.

Il fallait passer par le palais du grand prieur pour arriver au mur d’enceinte de la Tour du Temple. Ce mur était percé d’une porte charretière, renforcée de barres en fer, munie de gros verrous et gardée par deux guichetiers et d’une porte piétonne. Ces deux portes étaient surveillées par les guichetiers Pierre Louis Manuel et Richard. On pénétrait ensuite dans le jardin. Alors, apparaissait, entre les hautes frondaisons, la haute et sombre masse de la Tour du Temple, flanquée de ses quatre tourelles aux toits pointus, percées de meurtrières et d’étroites fenêtres. Les hottes obstruaient les ouvertures sur deux étages. Les tuyaux de poêle couraient sur la muraille, augmentant son aspect rébarbatif. Des girouettes surmontaient le faîte de la Tour du Temple et des quatre tourelles.

Départ des membres de la famille royale de la Tour du Temple

Le 21 janvier 1793, Louis XVI quitte la Tour du Temple pour l’échafaud installé place de la Révolution.

Le 1er août 1793, Marie-Antoinette est transférée à la Conciergerie.

Le 10 mai 1794, après 21 mois de séjour à la Tour du Temple, Madame Élisabeth monte à son tour à l’échafaud.

Le 8 juin 1795, le petit Louis XVII meurt à la Tour du Temple.

Le 17 décembre 1795, Marie-Thérèse de France (après trois ans et quatre mois de séjour à la Tour du Temple) fut échangée contre quatre commissaires livrés à l’ennemi par Charles François Dumouriez.

Destruction de la Tour du Temple

 

 

Plan ancien du quartier du temple

Le Temple incarnait aux yeux des monarchistes le lieu du supplice de la monarchie, et était devenu un but de pèlerinage. C’est pour en freiner l’essor que Napoléon Bonaparte décida de livrer la Tour du Temple aux démolisseurs en 1808. La démolition dura deux ans. L’angle nord de la mairie du 3e arrondissement et la grille du square du Temple furent élevés sur l’emplacement de la Tour.
À la place du palais du grand prieur fut planté le square du Temple au XIXe siècle. Il ne reste rien de ce haut lieu de la mythologie révolutionnaire qu’une production considérable d’images qui entretiennent le caractère tragique du lieu.

Une plaque (voir photo) a été posée à l’angle de la rue Dupetit-Thouars et de la rue Gabriel-Vicaire, sur l’enceinte d’une école maternelle située à côté de l’École supérieure des arts appliqués Duperré, plaque sur laquelle est dessiné le double plan de l’ancien palais et des rues actuelles, avec la mairie en rouge.

Héraldique

Louis XVIII modifia les armes de Raymond de Sèze, un des avocats de Louis XVI, pour y faire figurer le « château de Temple ».

Référence

 

  1. http://www.euraldic.com/blas_se2.html [archive] : armorial de Rietstap
  2. http://www.euraldic.com/blas_se2.html [archive] : armorial de Rietstap

Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Alfred Bégis, Louis XVII, sa mort dans la tour du Temple : le 8 juin 1795, Paris, Honoré Champion, 1896.
  • Cléry, Journal de ce qui s’est passé à la tour du Temple, 1759-1809, Paris, Mercure de France, 1968.

=======================================

Maison du Temple

Cross-Pattee-red.svg
Maison du Temple de Paris
Hoffbauer-Brezet-Temple1734.jpg

La Maison du Temple à Paris, aussi nommée Enclos du Temple ou Enclos des Templiers, était le chef-lieu de la province de France de l’ordre du Temple et la plus grande commanderie templière de France

 

Sommaire

Situation géographique

La Maison du Temple fut construite sur un vaste terrain donné à l’ordre du Temple vers 1170 en remplacement du Vieux Temple, leur premier lieu de résidence situé à l’arrière de la place de Grève, et appelé pour cette raison la villeneuve du Temple.

Ce terrain était situé à l’extérieur de l’enceinte de Philippe Auguste, presque le long de l’enceinte de Charles V. Formé de champs à l’origine, une partie fut entourée de murs pour former l’enclos. Cet enclos correspond au quadrilatère formé actuellement par la rue du Temple, la rue de Bretagne, la rue de Picardie, et l’axe formé par le début de la rue de la Corderie, l’extrémité nord de la cité Dupetit-Thouars, et le débouché de la rue Notre-Dame-de-Nazareth dans la rue du Temple.

Description

L’Enclos constituait la maison cheftaine de l’ordre du Temple en France et le siège de la banque de l’ordre dans ce pays.

Il était entouré de hautes murailles crénelées, renforcées de distance en distance par des tourelles. Ce système défensif était complété par une tour carrée, dite tour de César, et par un imposant donjon appelé Grande Tour (la Tour du Temple), qui avait été construite au XIIIe siècle. L’ensemble comprenait comme toutes les commanderies templières une église (l’Église du Temple), des bâtiments conventuels pour loger les moines-soldats, de vastes écuries et des annexes. Les Templiers possédaient les rues entières et la totalité du quartier entourant l’enclos.

Le Trésor Royal français fut conservé dès 1146 à la Tour du Temple, et donc gardé par les templiers. Philippe Auguste bâtit un système comptable et fiscal, ancêtre de la Chambre des Comptes, où les agents royaux venaient trois fois l’an déposer les revenus de la Couronne. Cette pratique prit vraisemblablement fin lors du règne de Philippe IV le Bel. En 1312, l’ordre des Templiers fut dissous et ses biens en France furent attribués aux chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem (dits Hospitaliers). Ses bâtiments subirent de nombreuses modifications.

En 1667, les murailles qui dessinent l’Enclos dans le territoire parisien sont abattues au profit d’hôtels particuliers et de maisons locatives occupées essentiellement par des artisans. Mansart construit un palais pour le grand prieur. L’ancien rempart avait été remplacé par une élégante muraille surmontée d’une galerie décorée de colonnes.

La démolition

Napoléon Bonaparte fit démolir la Tour du Temple en 1808 afin d’éviter qu’elle devienne un lieu de pèlerinage royaliste. La démolition dura deux ans. Aujourd’hui, il ne reste rien de cet enclos et des bâtiments.

Les rues de Paris

Trois noms de rue évoquent la présence des Templiers à Paris : la rue du Temple, la rue Vieille-du-Temple (3e et 4e arrondissements) et la rue des Fontaines-du-Temple (3e arrondissement). De même le boulevard du Temple (3e et 11e arrondissements) et la station de métro Temple contribuent à l’évocation du quartier toujours appelé « du Temple », ainsi que son marché couvert appelé « Carreau du Temple » et le square du Temple juste à côté.

Liens internes

Bibliographie

  • Henri de Curzon, La maison du Temple de Paris. : histoire et description : avec deux planches : thèse présentée à la Faculté des lettres de Paris, Hachette, Paris, 1888, 356 p. (Non consulté pour cet article).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *